Meneuse de revues #54

Summer summary

Christopher Lee

Bon. On remet le couvert pour une année supplémentaire sans trop savoir ni comment ni pourquoi. Peut-être parce qu'il y a encore du bon en ce monde monsieur Frodon (Sacquet, note). Pour la peine on rattrape un été de liens, et oui c'est comme ça, la qualité ne périme pas.



DANS LE RÉTRO
Christopher Lee à voix haute : 90 minutes avec François Angelier, le documentaire The Many Faces Of Lui produit en 1996, ce clip de la Peter Cushing Appreciation Society. Et le petit mot de Christopher Leemaire. RIP Sir.

"Quand vous riez des vieux films, la blague c'est vous". Ça dénonce chez Indiewire mais c'est bien vrai, faut le dire. 

Kenji Mizoguchi: The Life Of A Film Director est un documentaire de 2h30 sur l'auteur de L'Intendant Sansho réalisé par Kaneto Shindo, connu de par chez nous pour la somptueuse Ile Nue ou encore Kuroneko dont on vous parlait l'an dernier. Et ce doc est là, sous-titré en anglais, c'est fou cet Internet.

Le site de la Cinémathèque présente le joli travail de l'affichiste Laurent Durieux qui revisite avec classe les grands classiques.

Kevin Brownlow parle alors on écoute lit : l'historien revient longuement pour Fandor sur sa restauration du Ben-Hur de 1925.

Le meilleur site du monde, Cinephilia & Beyond, a mis en ligne une interview de Gordon Lewis donnée en 2006 au Boston Globe.

C'est long, c'est en anglais, vous pouvez le tl;dr mais vous passeriez à côté de toute l'histoire du tournage de Massacre A La Tronçonneuse.

Le Diplo propose en accès libre ce papier de Philippe Descamps sur la réception de Z de Costa-Gavras.

Le Fanzinophile a mis la pogne sur un papier de Norbert Moutier (Mad Mutilator, je ne vois pas pourquoi je précise) qui posait un bien sombre état des lieux du fanzinat français en 1984.

Tatave cause entre autres du Panique de Duvivier.


EN MOUVEMENT
On commence avec une petite analyse vidéo de la fin de Whiplash de Damien Chazelle. Spoilers, donc.



Lâcher de nerds dans la vidéothèque de Cinemassacre (Angry Video Game Nerd et tout ça).

De la peau en CGI qui ne fait ni pâte à modeler ni écran. Cela voudrait dire qu'à force de tenter et d'expérimenter on y arrive ?

Une brave âme a compilé ici une dizaine de courts-métrages de SF récents à voir

Rob Ager retourne The Big Lebowski pendant 64 minutes. Rob, pls.

Bobine est tellement bon qu'il pourrait donner envie de se retaper la filmo de Michael Bay (ou de la compléter pour les plus fragiles d'entre nous). 



La deuxième partie : .

Le making-of du Assassin(s) de Mathieu Kassovitz paru sur le Laserdisc et inédit depuis.

Regardez Portlandia (que vous suiviez déjà, lecteurs de qualité que vous êtes).




ACTUELLEMENT
Ce qu'il y a de bien dans Love, c'est la photo. Benoît Debie explique son taf chez l'AFC.

The X-Files revient dans 156 jours, largement de quoi écouter le Pop-en-stock du 8 juillet dernier et de re-re-revoir les dix épisodes essentiels de la série selon Chris Carter (exclusivement des loners après la première saison, je dis ça vous en faites ce que vous voulez).

Le New York Times s'est penché sur la science de Vice-versa.

Amnesia est en salles depuis mercredi, il ne le sera plus mercredi prochain, c'est triste mais vous pourrez vous reporter sur cette masterclass de Barbet Schroeder donnée au festival de Nyon. Signalons pour les chépers que More est ressorti du coup.

Tout comme Dragon Inn du maître King Hu, aka L'Auberge Du Dragon sur laquelle Nicolas Zugasti vous disait tout par là

La plus extraordinaire série du moment, Rick & Morty de Dan Harmon et Justin Roiland, mais vous le saviez (lecteurs qualité), a repris ce mois-ci aux States. Afin de célébrer l'événement un fan a conçu ce... clip. Et si vous ne connaissiez pas (bouh), voici le cast en pleine impro.

Les Monty Python sont de retour avec Absolutely Anything sous l'égide de Terry Jones et, bon, préférons parler de ces petites animations (une et deux) concernant la Magna Carta sur lesquelles Jones pose sa voix.

La sortie de Rogue Nation confirme que Mission: Impossible est la plus riche et stimulante des franchises hollywoodiennes actuelles, dialoguant intelligemment entre ses codes et épisodes en permettant à chaque cinéaste d'apporter sa touche personnelle. C'est ce qu'illustre cet essai vidéo de Sean Witzke pour Grantland :




AUTOUR
Den of geek! affronte les first world problems des collectionneurs de DVD/BR.

La photographe Lauren Everett a suivi pendant six ans la troupe de doux allumés qui fait vivre les projos de The Rocky Horror Picture Show à travers les USA.

Signalons l'existence du très sympathique site des Assistants Réalisateurs Associés. On y trouvera le jargon de l'assistant réal et autres papiers permettant de mieux cerner cette population délicate.

Alors que du côté des projectionnistes ça semble pire.

Monte Hellman n'en revient toujours pas que The Economist lui ait permis de chroniquer The Road To Nowhere. D'autres trouveraient ça normal.

"Et si les films de super-héros comme Avengers: L’Ere D’Ultron étaient si populaires simplement parce qu’ils sont… rassurants ?" se demande le québécois Devoir. Sortez-moi du formol lorsque le cinéma doudou sera mort.

Ce sera pour bientôt si Hollywood continue à faire ployer de jeunes réalisateurs sous la pression des blockbusters : Grantland enquête.

Emmanuel Ethis se demande ce que signifie la légende urbaine de Chaplin recalé à un concours de sosies de Charlot.

On l'a peu vue passer alors on la partage : chouette infographie des Décodeurs du Monde sur le cinéma français.

Nicolas Boukhrief se confie au nouveau webzine Disquette

Le long et triste calvaire de Philippe Barassat, reçu par Les fiches du cinéma.

Belle interview de l'exilé hollywoodien Alexandre Desplat par UnderScores

"Scénarios français : quelques statistiques d'un lecteur", la théorie : 
"S'il fallait dégager des sujets à la mode, je recenserais :
- les films de vieux, d'amitié jeune/vieux, ou de maison de retraite
- les comédies de banlieue ou d'inversion sociale (un riche obligé d'aller habiter chez les pauvres, ou inversement)
- les comédies d'imposture (un personnage obligé de se faire passer pour un autre: un aventurier, un gay, etc.)
- on distingue également un goût pour les immigrés et les clandestins
- le tout saupoudré d'un soupçon de road movie."

La pratique : 



Personne ne nous avait signalé cet article "misère de la critique dans l'ère post-moderne" de Cédric Donnat pour la revue universitaire des industries numériques Industrie-culturelle.fr. Merci pour votre aide.

Un peu de sociologie de la réception ne peut faire grand mal vu le lien du dessus : "Qu’est-ce qu’un bon film ?" était le titre d'un bouquin de Laurent Jullier, c'est également celui de La Grande Table du 13 mai dernier qui recevait Alessandro Pignocchi.

Olivier Alexandre, auteur de La Règle De L'Exception (que vous avez lu sur la plage), était reçu par Sylvain Bourmeau pour La Suite Dans Les Idées.


Le Camion de et avec Marguerite Duras


LE CHUTIER
Conversation cannoise.

La déglingue.

Et le sens de la déglingue selon Silicon Image.

Vashi Visuals, la page du monteur Vashi Nedomansky, est un très bon spot pour les liens de qualité.

Les fans de John Carter ne lâchent rien.

Le scénariste de Grace de Monaco Arash Amel a live-tweeté la première américaine du film sur la chaîne Lifetime afin d'expliquer que tout ceci n'est pas sa faute. Il est vrai que les spectateurs américains ne connaissent pas Olivier Dahan.

Vous savez que Vincenzo Natali (Splice, Cube) devait adapter Neuromancer, avant d'abandonner le projet en mai dernier (pour le moment repris par... personne). Le cinéaste a donc diffusé quelques concept arts de la chose sur le Net.

Du coup j'ai retrouvé dans ma besace à concept arts ceux de Peter Pound pour le film de l'année.

Jean Rochefort.



Sarah Connor



Un lien, un article, une archive à partager ? N'hésitez pas : louvreuse [at] louvreuse.net

PREVIOUSLY
Meneuse de revue #53
Meneuse de revue #52
Meneuse de revue #51
Meneuse de revue #50
Meneuse de revue #49 




   

Commentaires   

 
0 #1 Martin le mercredi 02 septembre 2015 à 15:54
Citer :
Rob, pls
Genre l'ouvreuse a capté à la première vision que Sartre avait vachement influencé le Dude dans l'affirmation de sa liberté et de ses propres valeurs.
Citer
 
 
0 #2 nicco le mercredi 02 septembre 2015 à 16:14
Ok.
Citer
 

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires