Gérardmer 2015 : Les Ames Silencieuses

Hammer en Evey

Affiche Les Ames Silencieuses

Revenu d'entre les morts il y a peu, le studio britannique Hammer Film fête cette année ses 80 ans. Pour l'occasion, le festival de Gérardmer a organisé une exposition, diffusé des bandes-annonces vintage et présenté hors compétition la nouvelle bande estampillée Hammer... si l'on en croit le générique.


Voir John Pogue a la tête d'une production Hammer peut sembler étrange. Le studio qui a vu passer Christopher Lee, Peter Cushing ou Oliver Reed dans des productions fantastiques léchées à la photographie remarquable a certes connu une traversée du désert nanardesque au tournant des années 70, mais la note d'intention que constituait La Dame En Noir de James Watkins laissait présager un effort certain. A la vision des Ames Silencieuses, le choix du réalisateur du calamiteux En Quarantaine 2 semble procéder d'une toute autre direction, suivant la voie tracée par Insidious et le très rentable Conjuring : Les Dossiers Warren.
Nous y découvrons le professeur Coupland (le très british Jared Harris) qui fait appel à deux de ses étudiants afin de tenter une expérience sur une jeune femme souffrant de désordre mental (Olivia Cooke). Coupland compte matérialiser son énergie négative pour créer un "fantôme", Evey, que le groupe se chargera de chasser. Sous les yeux du caméraman embauché pour l'occasion (Sam Claflin), l'expérience va très vite mettre à rude épreuve les visées scientifiques du professeur et de ses ouailles.

Les Ames Silencieuses


"Basé sur des faits réels", le film de John Pogue n'a comme seuls garants de l'atmosphère gothique chère à la Hammer qu'un décor de manoir et les années 70 dans lesquelles errent ces Ames Silencieuses. Rythmé par les instants captés par le caméraman, le récit adopte une forme plus classique et surtout plus immersive que son proche cousin
The Atticus Institute, faux documentaire présenté également hors compétition. Pogue se laisse néanmoins séduire par les clichés inhérents aux productions récentes sur les phénomènes surnaturels, progression dramatique bâclée incluse. S'il ne fallait pas s'attendre à beaucoup d'originalité de la part d'un studio en reconstruction, le bât blesse surtout par une forme peinant à retranscrire l'atmosphère adéquate ou à instiller la peur.
Pilier du film et acteur chevronné, Jared Harris (Mad Men, Sherlock Holmes 2 : Jeux d'Ombres) s'en sort honorablement mais les jeunes acteurs sont trop souvent cantonnés aux utilités. Seule Olivia Cooke (déjà présente à Gérardmer avec The Signal) brille dans un rôle confus mais qui lui laisse suffisamment de champ libre pour prouver ses talents.

Il se dégage donc de ce long-métrage une impression de produit standard. Les Ames Silencieuses ne resteront que pour les minutes finales levant le voile sur un mystère qui aurait pu être plus captivant si révélé plus vite, faisant fi des déroulements de ces "faits réels". 



Les Ames Silencieuses de John Pogue, sortie française : en DVD le 26 mars 2015   




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires