Le Dictionnaire Du Cinéphile #3

Le fascisme

Le Dictionnaire Du Cinéphile

Parce que la cinéphilie est une activité parfois trop hermétique, L'ouvreuse vous ouvre les portes de l'intellection de l'Art septième.


Aujourd'hui dans le Dictionnaire Du Cinéphile, découvrons ensemble l'expression :

"Le fascisme"
[adôlf-fincheur]


Mouvement cinématographique développé principalement en Amérique du Nord et en Extrême-Orient des années 1945 à nos jours. Parfois appelé "nazisme", preuve que ce courant artistique est en constante mutation, ses théoriciens se débattant chaque semaine pour décider lequel des deux termes est à même d'effrayer le plus efficacement l'audience et ainsi l'éloigner des débats.


Le film fasciste est difficile à repérer, ce qui rend la tâche du critique qui le révèle au grand jour d'autant plus héroïque.
Il peut revêtir diverses formes : dans une œuvre fasciste, un ou plusieurs personnages peuvent commettre des actes répréhensibles par la loi sans que l'auteur du film ne dicte la morale aux spectateurs, pas assez matures pour réfléchir par eux-mêmes. Le lettré dénonciateur d'oeuvres fascistes préférera le faire à leur place.

Le film fasciste peut être également le produit d'un réalisateur méticuleux qui a le toupet de vouloir produire un film réussi, maîtrisé.

Un film fasciste peut aussi se démarquer par sa volonté d'embarquer le spectateur dans son univers diégétique sans user de distanciation brechtienne.


Dans tous les cas, un film déclaré fasciste a le mérite de stopper net toute discussion, puisqu'il est fasciste (Cf. Point Godwin).



EXEMPLES :

"Le film aurait plu aux Jeunesses hitlériennes."

Source : New York Post - Kyle Smith sur 300


"Un film fasciste cherche à tétaniser les gens pour qu’ils ne comprennent rien. Afin de conforter l’état des choses. Un film comme Funny Games qui essaie de nourrir la réflexion, ne peut pas être fasciste, il se situe même à l’extrême opposé... Tueurs-nés d’Oliver Stone, est un film fasciste. Son esthétique est fasciste, elle rend la violence attrayante."


Source : Télérama – Interview de Michaël Haneke



"Film raté [...] mais peut-être aussi film dangereux, qui abandonne le spectateur à la violence assez malsaine de certaines scènes et aux délires fascistes de ses personnages."


Source : Fluctuat.net - Christophe Régin sur Fight Club



"Ken Le Survivant, déjà au niveau de l'image c'était un peu n'importe quoi. On était cinq ou six, et très vite on s'est rendus compte que c'était franchement nazi."


Source : Philippe Ogouz, doubleur français de la série Ken Le Survivant.



"La technique, la maîtrise, c'est nazi."


Source : Le Cercle – François Bégaudeau sur Avatar 2





ÉQUIVALENTS LITTÉRAIRES :

"Dans cette oeuvre d'Alexandre Dumas, le héros est mu par la vengeance d'une dénonciation calomnieuse qui l'a envoyé en prison. Une justification de l'autodéfense à la limite du nazisme..."

Source : Aurélien Bégaudeau sur Le Comte De Monte-CristoCathorama, 1845



"Shakespeare se permet de rendre la violence excitante, substitue le droit à la loi du talion, et comme si ça ne suffisait pas, maîtrise parfaitement l'art dramatique. Bref, tout dans Hamlet est fasciste."


Source :
Francois Phérenzille – Le Monde Libéré, 1599


FAUX AMI :

"Film de droite"
[la-ça-va]


Long-métrage de divertissement faisant la promotion du mariage en tant qu'absolu, des huit heures de travail quotidiennes, de la consommation d'Ipads, de la télévision et de saines vertus comme ne pas poser de questions (puisqu'il n'y a pas de question à poser).


Live Free Watching Fox News Or Die Hard Sous Linux est un très bon exemple de film de droite : blockbuster peu maîtrisé, immergeant moins le spectateur dans son histoire que dans sa morale. Bref, le film idéal pour distraire le prolétariat.


CONSEIL PRATIQUE :

Éléments pour reconnaître aisément un film fasciste :


-        
Du sang
-        
Un drapeau américain
-        
Un personnage qui se venge par lui-même, parce que la société est impuissante ou qu'il s'appelle Steven Seagal
-        
Un regroupement d'hommes torse nu
-        
Une absence de morale pontifiante venant justifier les éléments précédents


VARIANTES :

"Pour convertir les opposants dans les camps, on leur passe 300 en boucle. Ça n'en fait pas forcément des fascistes, mais par contre maintenant ils veulent tuer Zack Snyder." - Kim Jong-Il

"Un Bronson, une pizza et une bonne bière, c'est quand même fascile la vie." - Benito Mussolini


"Oui, bon, on a tendance à défendre des films de propagande du gouvernement chinois, mais ce sont des écarts plus fâcheux que fachos" - Télérama

"Mein Fürher, ce David Fincher serait parfait pour réaliser Le Juif Süss 2." - Joseph Goebbels



EXERCICES PRATIQUES :

#1 Expliquez comment la critique française qui défendait corps et âme la maîtrise technique d'un Alfred Hitchcock en est arrivée aujourd'hui à considérer cette même maîtrise comme fasciste (sans avoir recours à la mécanique quantique).



#2 Un photogramme parmi les cinq ci-dessous est tiré d'un film beaucoup trop maîtrisé pour être démocratique. Indiquez lequel.












FIGURE MARQUANTE DU CINÉMA FASCISTE :

Le saviez vous ?
"Amélie Poulain" est l'anagramme de "Oui à l'ami Le Pen".

(Merci à Serge K. pour cette pertinente remarque)







Le Dictionnaire Du Cinéphile

#1 - Filmer des corps en mouvement
#2 - Clipesque
#3 - Le fascisme
#4 - Matière humaine
#5 - Pâte-à-modeler-mochionne-capteur-performance-jecépa




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires