Meneuse de revue #27

Observe and report

L'ouverte
Lecteurs, nous avons longuement réfléchi : proposer une revue de presse tous les six mois est aussi stupide que, allez, disons n'importe quoi, élire Tim Burton président du jury cannois par exemple.

Ainsi nous osons le pari insensé de vous proposer dorénavant cette Meneuse de Revue nouvelle formule chaque mercredi. Un rythme de malade, du gonzo journalisme total, une pure folie émanant de notre passion pour tout ce qu'il ne faut pas dire mais qu'il faut lire.




LES SORTIES DE LA SEMAINE

L'Exorciste 2 : L'Hérétique
"Ils ont fait du numérique une esthétique." (Régis Debray sur Avatar - D@ns Le Texte)

L'Associé Du Diable
"En partant du présupposé que l’Humanité est un ramassis d’imbéciles amnésiques, cette école critique assène au fond depuis trois décennies l’idée que TOUT grand succès cinématographique s’explique automatiquement par la bêtise de son discours, ses élans réactionnaires et sa qualité de "produit" adapté à notre consumérisme effréné du moment. Voilà comment, aux yeux de la critique contemporaine, un arbre géant qui s’écroule devient soudain une "analogie au 11 septembre 2001" ou qu’une armée hi-tech fait soudain référence à "l’invasion américaine de l’Afghanistan", le tout sur la base d’un scénario écrit en 1995 !" (Rafik Djoumi - Arrêt Sur Images)

L'Aventure C'est L'Aventure
"Comme nos confrères de Libération (mais contrairement à la majorité de la presse cinéma), Les Inrocks n’étaient pas conviés aux projections presse des Aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-sec. […] C’est donc dans une vraie salle avec de vrais gens que nous sommes allé à la rencontre d’Adèle Blanc-sec, à 9h du matin à l’UGC des Halles." (Jean-Marc Lalanne - Les Inrocks)

Ordinary People
"Le début du film est carrément bien." (Mathieu Lindon - Libération)


LE BESOIN DE LUNETTES
"Si tous ces films seront, jusqu'à preuve du contraire, tournés et donc conçus pour la 3D, viennent se greffer sur cette vague les films convertis en 3D, c'est-à-dire tournés traditionnellement, puis laborieusement bidouillés en postproduction pour être diffusés en relief."
Julien Dupuy - Excessif

Qui se dévoue pour révéler aux Cahiers que les "merveilles de la 3D de Tim Burton" font partie de ces bandes bidouillées en post-prod ?

Les Cahiers Du Cinéma



LE TWIT QUI PIQUE
Télérama et Miyazaki


Retour en arrière :
"Ayant fait des programmes japonais un bouc émissaire commode pour tous les problèmes liés aux enfants, elle [Ségolène Royal] fût au centre de la lutte contre les dessins animés japonais, aux côtés de l'hebdomadaire Télérama, du président du CSA de l'époque Hervé Bourges (qui les qualifiait de "japoniaiseries") et d'associations. Finalement, la mauvaise image que ceux-ci parvinrent à donner à l'animation japonaise fût l'une des justifications à la fin de l'émission Club Dorothée en 1997. Depuis, les dessins animés japonais sont toujours difficilement représentés à la télévision française."
[Ségolène Royal contre l'animation japonaise]


CONSTANTIN FILM MET FIN AUX HITLER DOWNFALL



GA BUZZ O MEUH
Dans l'actualité 2.0 alternative de la semaine, il faut buzzer autour des nominations des irresponsables et irrévérencieux Gérard du Cinéma. Alors que geeks et leets retwittent l'annonce en mode #sédition, en alternance avec les sélections cannoises (#séduction), une question nous taraude : cette année, l'équipe des Gérard a-t-elle vu plus de deux films qu'elle a nominés ?

"Dans toute la sélection, nous n’avons vu que deux ou trois films. Nous nous fions à nos préjugés." (les auteurs des Gérard du Cinéma, mai 2009)


LA DÉBANDE-ANNONCE DE LA SEMAINE


Threesome sur fond d'Yvette Horner, du vrai cinéma de dépravé artistiquement abouti, et c'est pas les " target=blank>coincés du cul réacs d'en face qui vont nous apprendre quoique ce soit là-dessus.


" target=blank>GODARD SÉLECTIONNÉ À CANNES : HOMMAGE
Vuillemin sur Godard



LE NÉGATIF DE LA SEMAINE
Plongeons une critique dans le bain du subjectif et tirons-en son contraire en retouchant quelques mots.

Le Mariage A Trois par l'anti-Pierre Murat (Télérama) :

"Une villa écrasée de soleil : unité de lieu. Une journée à la campagne : unité de temps. Reste l'unité d'action... Mais il n'y a jamais vraiment d'action chez Jacques Doillon, juste des actions. Des actes, plus ou moins amorcés. Des allées et venues. Des face-à-face, vrais ou fantasmés...
[…]
Tout se voit, donc, dans ce film très écrit, que ses mouvements de caméra rendent, pourtant, chaotique. S'il est un cinéaste, en France, un cinéaste chez qui la forme brouille le fond, c'est bien Jacques Doillon. Au moindre écart de la caméra, à l'intérieur d'un même plan, correspond, souvent, chez les personnages, l'amorce d'un aveu - inconscient ou pas. Un travelling interrompu, un panoramique esquissé révèlent - plus que des discours dans lesquels ils se complaisent - leur gêne. Leurs tensions. Leur malice, aussi. Notamment dans la scène - maladroite - où, croyant la cerner, tel un prédateur, le jeune amant-acteur s'aperçoit que l'étudiante silencieuse a du répondant. Et même des ambitions insoupçonnées..."

L'original.


LE CHUTIER
- "Comme le rappellera le General Manager Julian Stanford quelques minutes plus tard, il est en effet atterrant de constater que, dans l'un des pays les plus cinéphiles de la planète, une seule salle, le Gaumont Disney Village de Marne-la-Vallée, propose des longs métrages dans le meilleur format de projection disponible à ce jour." (Julien Dupuy - Excessif)

- Comment la SACEM se goinfre… (Emmanuel Berretta – Le Point)

- Comment le patron du Point se goinfre… (Sébastien Rochat – Arrêt Sur Images)

- Que trouve-t-on dans les archives de Kubrick ? (Channel 4)

- Pour Paris Match, La Rafle est un film qui dépote : "Au chant du coq français, les Juifs parigots sont cueillis à leurs domiciles par 4 500 policiers et gendarmes. Véhiculées gratuitement dans les transports en commun, environ 13 000 personnes – dont 4 051 enfants et 5 802 femmes – seront parquées..." (Alain Spira - Paris Match)
Véhiculés gratuitement, et ça trouve encore le moyen de se plaindre. Heureusement que BHL est là pour… heu… Ha ben non, il n'est pas là.


Amalric vient aux soirées


Pour être au cœur de la hype, n'attendez pas la prochaine MdR. Faites comme Almaric, suivez L'ouvreuse au quotidien dans son Titty Twitter Club !

A la semaine prochaine si les cojones colonialistes le veulent bien.


   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires