Le Territoire Des Loups

Le dernier combat

Affiche Le Territoire Des Loups

Après avoir perdu sa femme, John Ottway s’est terré dans le froid de l'Alaska comme chasseur de loups à la solde d’une compagnie pétrolière. Lorsque l’avion de sa compagnie s’écrase au milieu de nulle part, lui et quelques rares rescapés devront s’unir pour survivre contre la nature hostile.


Joe Carnahan est un touche à tout. Le succès de L'Agence Tous Risque, qui avait déjà suivi l'explosif Mise A Prix, aurait pu l’installer dans le confort de l’actioner hollywoodien, entretenant la petite touche speed et rentre dedans qui faisait son charme. On le retrouve aussitôt après sur un survival tourné avec vingt-cinq millions de dollars dans le grand froid de la Colombie Britannique.
Tiré de la nouvelle Ghost Walker de Ian McKenzie Jeffers, également auteur du premier jet du scénario, Le Territoire Des Loups relève le défi d’éluder tout racolage et facilité liée au genre, empruntant un chemin intimiste sans que le film devienne pour autant aliénant. Bien au contraire. Sache, spectateur qui te croit en sécurité sur ton siège, que Carnahan ne te laissera pas le loisir de la distance : une courte introspection pour restituer dans toute sa dureté le trauma de John Ottway (Liam Neeson, qui met remarquablement son vécu et sa stature au service du rôle), un voyage en avion entre hommes, une bande d’outcasts bruyants, guère une sinécure pour notre héros qui aspire au repos. Et déjà la caméra ne se pose dans l’appareil que dans un lent travelling inquiétant, tandis qu’une bande son morbide enveloppe l’atmosphère. Le crash est déjà dans l’air.

Le Territoire Des Loups
 

Le réalisateur surprendra néanmoins, collant dès lors au point de vue du héros, décrivant un chaos de bruit et de violence, mais aucun plan extérieur. Au plus près des corps et au plus remuant, toujours, lorsqu’une poignée de survivants se rassemble autour des décombres, avant que la mort ne vienne ramasser plus calmement le dernier homme qu’elle n’avait pas cueilli.  La shaky cam de Carnahan est ici plus qu’efficace pour montrer l’agitation intérieure de ces hommes, chacun propulsé brutalement dans une solitude et une immédiateté qui brisent ses repères et l’oppressent.
De temps à autre, il met en perspective la position de ces fourmis dans l’immensité du blanc, mais de façon suffisamment sporadique pour bloquer la lorgnette du spectateur omniscient, déranger l’observateur qui épousera dès lors la vue du groupe, tel un de ses membres (lors de l’exposé sur la manière de les combattre, l’impression est forte que Ottway s’adresse à nous autant qu’à ses compagnons). Nous voilà au beau milieu de rescapés tous plus différents, mais forcés à une familiarité instantanée. Le talent des acteurs et les conditions de tournage adéquates (la température culminant à moins quarante degrés) ayant sans doute eu raison des résistances au lien.
Opposé aux loups, le groupe de fortune s’organisera selon ses ressources, guidé par John Ottway, improvisé chef de la meute des hommes.

Le Territoire Des Loups
 

Les attaques des bêtes, aussi rapides que furtives, surgissent de l’extérieur du cadre dans de violents flashs et surprennent d’autant plus par leur immédiateté que toute vue extérieure a disparu. Plus massifs que la moyenne, ils sont un mélange digéré d’animatroniques, de CGI et de vraies bébêtes transportant un quelque chose d’irréel sans paraître pour autant moins crédibles que les vraies. Lorsque la nuit enveloppe le décor, ils deviennent des yeux luminescent inquiétants, un mal fondu dans le noir, des silhouettes ou des masses de crocs jaillissants qui installent rapidement le film dans un registre horrifique. 
Carnahan les utilise aussi sporadiquement que Steven Spielberg faisait mûrir les apparitions du requin blanc dans Les Dents De La Mer, profitant également du calme avant la bataille pour mener des discussions à bâtons rompues entre les protagonistes. La tension permanente, les rapports à vif et les montées d’adrénaline des premières attaques se rapprochent également de l’équilibre précaire que William Friedkin avait instauré dans son puissant Sorcerer. Le rendu de ces moments de terreur dans lequels vie et mort ne sont plus séparés que par une seconde de relâchement et l’impression d’un mal présent à chaque instant sont des leçons que Joe Carnahan a encore mieux digéré que ses emprunts précédents au réalisateur de French Connection. Le même Friedkin expliquait son intérêt pour Narc, le polar qui a révélé Carnahan, par la description remarquablement réaliste des relations personnelles des flics infiltrés, du lien difficile qui subsistait avec leurs familles et qui les empêchait de sombrer. Le Territoire Des Loups porte une importance aussi particulière aux proches des rescapés dans le contexte d’une nature hostile et toute puissante. L’homme ne pouvant opposer à la sauvagerie des loups que son courage et sa persévérance, qui réside elle-même dans la pensée de ceux pour qui il doit combattre, des qualités humaines qui le rappellent à un monde humain. Le réalisateur choisit consciemment de faire monter l’émotion via leur passé autant que la tension du présent, car ces hommes ne sont pas les déracinés de Friedkin. A une exception près, qui valide la théorie, ils ont tous une force qui les rattache à la vie.

Le Territoire Des Loups
 

John Ottway pense qu’il a perdu cette force suite à son drame personnel. Son désespoir lui donne un rôle d’accompagnateur, de passeur vers la mort. Une réciprocité s’installe peu à peu entre lui et ses compagnons d'infortune comme chaque personnage lui donne une nouvelle manière d’affronter cette mort, et d’emprunter un chemin sensiblement inverse au sien. Les compagnons sont confrontés au choix du "vivre ou mourir" du survival classique, avec comme limite leur volonté de continuer à combattre qui finit par s’effriter, victime des conditions extérieurs et de leurs peurs. Lorsque la mort devient inéluctable, le spectateur doit supporter de longs passages éthérées et calmes synonymes de délivrance, en opposition à la tension qui étreint les survivants. Du vivre ou mourir on passe progressivement au vivre et mourir, comme un écho au poème écrit par le père d’Ottway. Un poème qui constitue la colonne vertébrale du film et dont le sens s’éclaircit jusqu’au climax final qui le fait paraître limpide, autant au spectateur qu’au personnage. Pour rien au monde il ne faut déflorer ce climax, car il pourrait bien s’avérer être un des plus puissants que vous ayez vu ces dernières années dans les salles obscures, pourvu que vous vous laissiez guider.

Tout juste faut-il conseiller de rester après le générique, quelle que soient les sollicitations extérieures. Il y a fort à parier que ce conseil soit inutile, que cinq minutes ne seront pas suffisantes pour déconnecter de l’expérience que propose Le Territoire Des Loups, et que ce film donnera enfin ses lettres de noblesse à un des réalisateurs les plus complets de sa génération.

8/10
THE GREY
Réalisateur : Joe Carnahan
Scénario : Joe Carnahan & Ian Mackenzie Jeffers d'après sa nouvelle Ghost Walker

Production : Jules Daly, Joe Carnahan, Ridley Scott, Tony Scott...
Photo : Masanobu Takayanagi
Bande originale : Mark Streitenfeld
Origine : USA

Durée : 1h57
Sortie française : 29 février 2012
 




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires