Gérardmer 2011 : The Troll Hunter

Bertroll Brecht

Affiche The Troll Hunter

Très attendu, le cinquième film de la compètoficielle The Troll Hunter du Norvégien André Ovredal est un nouveau found footage (de gueule) qui propose de visionner les rushs d'une équipe d'étudiants en audiovisuel tournant un reportage sur un mystérieux braconnier.


On apprendra très vite que Hans, son doux nom, est un chasseur du gouvernement payé pour réguler la population de trolls sur le territoire. Fatigué de son métier, il acceptera que les trois nabots le suivent dans sa traque d'un spécimen enragé car "le public doit savoir".

Ce film, sûrement un futur succès auprès du public jeune, est potache dans l'esprit donc pas très excitant dans l'action. Quand il y en a. Car hélas l'auteur se repose bien trop sur son concept des rushs retrouvés pour livrer un scénario de feignasse (un élément à poser ? un étudiant posera la question adéquate. Au bout de trente minutes ça devient relativement lourdingue). Scripte pas aidé par une mise en scène jamais cohérente : les étudiants sont censés mettre en boîte un reportage, et allez savoir par quel miracle, pas une seule image de leurs rushs n'est exploitable. Ne restent sur leurs disques durs que des images sales, bancales, improvisées. Ce qui tend à laisser croire que l'auteur de The Troll Hunter s'est laissé séduire par son propre concept (plus très neuf) au point d'oublier de développer une cohérence au sein de sa diégèse, menant à un préjudiciable manque d'interaction entre les personnages : ce sont littéralement des pieds de caméra vivants, et l'arrivée de la cadreuse remplaçante dans le dernier tiers confirme cette impression.
Ovredal se contente de poser une mythologie (notamment à base de croquage de Chrétiens, ce qui devrait plaire à ceux qui se fouettent aux orties chaque matin agenouillés sur un chapelet), avec des idées malgré tout intéressantes sans vraiment les exploiter. Un film tourné classiquement à la troisième personne aurait été bien plus efficace pour mettre en valeur cette rationalisation de l'existence des trolls surveillés par une administration composée de fonctionnaires dépassés.

The Troll Hunter
 

Le film tient au moins ses promesses sur la présence des trolls et leurs confrontations avec Hans, prenant place dans les très belles plaines du nord de la Norvège. Mais à l'arrivée on se souviendra surtout du chasseur, inspiré du Quint des Dents De La Mer, et du troll final, interprété par Josée Dayan en full frontal nudity.




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires