Doctor Who – Gestion de couple

The Power Of Three

Doctor Whoo par Melody Malone

Outre son caractère divergent, le Docteur de Moffat se distingue de ceux de Davies par sa manière d'intégrer à l'action le couple Amy et Rory Pond et d'instaurer une grande proximité avec le Timelord tandis que Davies s'ingéniait à créer une grande complicité avec chaque compagne. 


La relation du Docteur avec ses compagnons ou ses compagnes de voyages, notamment celles déjà en couple avant son arrivée, opère une ostensible évolution. Ainsi le couple Amy / Rory renvoie immanquablement à celui que formait Rose et Mickey, les deux hommes étant embarqués presque à leur corps défendant, en tout cas mus par la seule volonté d'être auprès de leur bien-aimée. Ils s'avèrent tous deux assez patauds, limite des boulets dont on se débarassera un temps (Mickey restant dans une dimension parallèle après le double épisode de la saison 2 voyant réapparaître les Cybermen ; Rory est carrément tué dans le final du double épisode introduisant les intra-terrestres Siluriens) et qui reviendront par la suite avec une véritable emprise sur l'action.

Doctor Who
D'autant plus qu'ils seront devenus des guerriers. C'est surtout le cas de Mickey qui a ainsi trouvé sa voie (combattre pour le futur ou pour le passé – les aventures du Docteur dans notre monde, la terre parallèle de Mickey ayant un léger temps d'avance – soit préservé).
Pour Rory, c'est plus diffus. On le retrouve quand s'ouvre la Pandorica (épisode double de fin de saison 5) en tant que centurion romain, réincarné d'après les souvenirs d'Amy par les forces indicibles émanant de la faille spatio-temporelle lézardant le mur de sa chambre à laquelle elle a été exposée depuis son enfance. Il est désormais le protecteur attitré d'Amy et se caractérise par son inaction. Revenu d'entre les morts en tant qu'hybride humain et être de plastique (les Autons contrôlés par la conscience Nestene de l'épisode 1 de
la relance par Davies), lorsqu'Amy sera enfermée dans la Pandorica, il montera la garde devant cet immense cube-prison pendant presque 1900 années jusqu'à ce qu'une version d'Amy enfant l'ouvre. Une attente magnifique de romantisme définissant parfaitement Rory qui, durant cet incroyable laps de temps, agira pour sauvegarder la cellule de sa future femme. Amy aussi est caractérisée par son attente de son Docteur dépenaillé lorsqu'elle était gamine. Une patience à toute épreuve qui sont deux incroyables actes de foi et d'amour, le Docteur parvenant à reporter l'affection d'Amy à son encontre (à lui ouvrir les yeux) vers Rory.
 

Rory l'homme qui attendait

Devenu soldat romain, il est avant tout infirmier et, comme le Docteur, fera d'abord tout son possible pour préserver la vie quelle qu'elle soit (Siluriens ou clones issus de la Chair) et ne se transformera en combattant qu'en dernier recours pour récupérer Amy dans la retraite du démon dans l'épisode 7 de la saison 6, A Good Man Goes to War, dont le titre renvoie aussi bien au Docteur qu'à Rory lui-même, ce qui accentue un peu plus le rapprochement entre les deux gars d'Amy.
C'est ainsi, par l'importance prise dans le récit du compagnon de la partenaire du Docteur, que s'évaluera la différence de traitement des couples humains attachés au Timelord. Mais pas seulement.
Cela provient également que cette nouvelle incarnation du Docteur est plus jeune d'aspect mais également d'esprit (alors que certaines mimiques, notamment la manière de se frotter nerveusement les mains, sa façon de se tenir voûté par moments trahissent son grand âge). Il se comporte comme un enfant, aussi facétieux, imprévisible, enthousiaste et se montre "innocent" face au sexe et aux relations amoureuses. Vu la fascination de Moffat pour l'enfance et ses traumas et le conte, on peut aisément rapprocher le onzième Docteur d'un autre grand enfant dans l'âme, Peter Pan.

On peut estimer ainsi que son expérience amoureuse avec Rose lu a servi à "corriger" son comportement en ne succombant plus au sentiment d'amour qu'il peut générer et éprouver lui-même. Ainsi, lorsqu'au retour du Labyrinthe Des Anges Amy se jette à son cou, le pressant d'aller plus loin qu'un simple baiser échangé, il s'empresse de calmer ses ardeurs en l'emmenant avec Rory pour un voyage romantique dans la Venise de 1780 affronter un clan d'extra-terrestres vampires. En passant par l'épisode du Seigneur Des Rêves jusqu'aux intra-terrestres, Moffat va donc s'ingénier à faire exister le couple Amy / Rory afin que leurs interactions entre eux deux ainsi qu'avec le Docteur produisent une dynamique différente que celle qui a présidée sous l'ère Davies, où l'intimité du Docteur avec sa compagne prévalait,  le triangle amoureux Doc / Rose / Mickey y étant ainsi plus poussif. Le sentiment d'amour n'est pas étranger au Docteur puisqu'il s'éprendra de River Song, mais leur relation, bien qu'empreinte d'un grand romantisme, fonctionne sur un mode particulier de par la filiation de River et sa nature d'électron libre spatio-temporel, et le fait qu'elle ait un temps été programmée pour le tuer...
 

Le Docteur, Amy et Rory au-dessus du berceau de Melody


Il est ainsi intéressant de noter que Rory et Amy sont aussi bien l'un que l'autre dépositaires de l'héritage du Docteur. Sa manière d'aborder les situations nouvelles, voire conflictuelles, sa volonté de sauvegarder autant que possible la vie de ses alliés ou antagonistes d'un jour (il laisse toujours une chance de rédition à ses ennemis, même les plus retors comme les Silents), sa réflexion parfois intuitive, etc., sont autant de caractéristiques reprises et émergeant au sein du couple : face aux clones, Rory tente par tous les moyens de trouver une sortie de crise pacifique pour une co-existence harmonieuse avec leurs modèles humains ; dans l'épisode
The Doctor's Wife, lorsque Amy et Rory sont perdus dans les méandres du T.A.R.D.I.S et que pour s'en sortir ils doivent passer un sas à ouverture particulière, elle déduit de quelle manière doivent être prononcés en pensée les mots qui pourront les faire accéder à l'ancienne salle de contrôle désormais archivée.

Comme le Docteur, Amy a soif d'aventures, d'exploration, tandis que Rory est devenu à son contact un infirmier-guerrier. Un contraste saisissant que l'on retrouve bien évidemment en la personne du Docteur puisque dans certains langages et pour beaucoup d'espèces il n'est pas synonyme de soigneur ou guérisseur mais de menace, d'ardent combattant. On emploie même les mots de Beast, Valeyard, Oncoming Storm (Asylum Of The Daleks, The Name Of The Doctor) à l'encontre de celui qui mit dramatiquement fin à la Guerre du Temps et la multitude de morts qui en résulta. Ce que Moffat rectifiera superbement avec l'épisode spécial du cinquantième anniversaire, The Day Of The Doctor.
 

Amy et Rory créant un paradoxe temporel


Ce destin de Rory évoluant peu à peu en une sorte de Docteur humain est carrément explicite en fin d'épisode 10 de la sixième saison (
The Girl Who Waited) lorsqu'il doit choisir qui sauver entre la vieille et la jeune Amy, respectivement sa future et présente incarnations bloquées à différents moments (se trouvant dans deux temporalités distinctes que le Docteur parvient à faire se rejoindre, elles incarnent l'essence d'Amy à des âges différents, la version âgée étant l'évolution de l'autre que l'on n'aurait pas pu secourir). Un choix déchirant qui entraînera de toute manière une séparation bouleversante renvoyant à celle du dixième Docteur et de Rose en fin de saison 2 (Doomsday), réminiscence appuyée par les postures des deux couples séparés par un mur temporel ou la paroi du T.A.R.D.I.S, se terminant par la mort de la jeune femme même si celle de Rose est métaphorique car toujours bien vivante mais dans une dimension parallèle devant demeurer inaccessible pour l'intégrité du continuum espace-temps. Un épisode qui par ailleurs renvoie au propre choix d'Amy dans Le Seigneur Des Rêves (Amy's Choice – épisode 7 de la saison 5) qui devait déterminer quelle réalité est vraie, celle où elle vit avec Rory à Leadworth ou celle où elle poursuit ses voyages avec le Docteur.

Le couple tirera sa révérence de terrible manière dans The Angels Take Manhattan, un épisode venant à la fois conclure la première partie de la saison 7 et mettre un terme à leur association tripartite. Le Docteur avait bien décidé de les écarter afin de les protéger à la fin de The God Complex (épisode 11 de la saison 6), puis d'espacer ses visites en début de septième saison pour leur permettre de s'accoutumer à son absence mais l'appel de l'aventure était trop fort, le Docteur étant indissociable de leur vie, une pierre angulaire à leur équilibre. Les quatre premiers épisodes de la saison 7 auront ainsi permis de s'intéresser plus précisément à ce charmant couple, se focalisant pour une fois sur des problèmes n'impliquant pas directement le Docteur et rappeler à quel point ils étaient d'importants contrepoints (Amy calme sa furie vengeresse dans A Town Call Mercy, leur paisible vie de couple s'opposant à l'impatience du Timelord lorsqu'il s'installe un temps chez eux pendant la lente invasion des cubes dans The Power Of Three). Ainsi, en se recentrant sur Amy et Rory et leur coordination avec le Docteur, Moffat livre des épisodes sans rapport avec un quelconque fil rouge ou la mythologie du personnage (C'est Clara, la fille impossible introduite dans L'Asile Des Daleks qui relancera tout cela) mais qui reposent essentiellement sur les rapports humains entre ces trois protagonistes, construisant une intensité dramatique qui culminera dans cette bombe émotionnelle d'épisode 5, Les Anges Prennent Manhattan.

Leur séparation définitive n'en est que plus brutale lorsque Amy se sacrifie pour rejoindre son mari après le toucher de l'ange pleureur mais nécessaire pour qu'ils s'accomplissent pleinement en poursuivant leur propre voie.




   

Commentaires   

 
0 #1 doctor mysterio le mardi 21 novembre 2017 à 05:49
cette episode restera surment le plus dramatique de la serie depuis la mort d adric en 1982 qui eter aussi des plus tragique.
Citer
 

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires