Meneuse de revue #25

Friday wear !

Kirsten Dunst
Mais c'est qu'elle s'est faite désirée cette petite coquine de revue de presse sauce L'ouvreuse ! Trois mois qu'elle se dore la pilule rouge au soleil. Hop hop, allez petite meneuse, ne vois-tu pas tous ces lecteurs qui n'en peuvent plus des sites qui ne font que leur linker de la bande-annonce ?

La meneuse de revue, c'est tout ce qu'il ne faut pas dire mais qu'il faut lire, quand la plage est fermée.


LA FIGURATION
Le site Ecrans.fr nous apprend que Miltos Manetas est une "figure du net-art" : il a mis en ligne une vidéo de Mario qui dort.

Peut-être n'avons-nous pas les capacités pour saisir toute l'ampleur de la chose, l'art contemporain se désirant plus hermétique à mesure qu'il récupère des concepts éculés (du ready made numérique, pourquoi pas).
Stanley, toi qui es parti trop tôt, toi qui as raté Mario qui dort, tu disais quoi déjà ?

"Michel Ciment : Alex a un rapport profond avec l'art (Beethoven) que n'ont pas les autres personnages. Tout préoccupés d'art moderne comme la femme aux chats, ils paraissent au fond très indifférents. Quelle est votre attitude vous-même en face de l'art contemporain ?

Stanley Kubrick : Assurément, il y a une importante partie de l'art moderne qui n'est pas intéressante, où l'obsession de l'originalité a produit un type d'oeuvre qui est peut-être original mais nullement intéressant. Je pense que c'est dans Orphée que Cocteau fait dire au poète "Que dois-je faire ?" et la réponse est : "Étonne-moi". Une grande partie de l'art moderne ne remplit certainement pas cette condition... C'est de l'art mais ce n'est pas étonnant et cela ne vous remplit pas d'admiration et de surprise. Je pense que dans certains domaines, la musique en particulier, un retour vers le classicisme est nécessaire afin d'arrêter cette recherche stérile de l'originalité. Les films bien sûr sont loin de ces problèmes parce que l'attitude à l'égard du cinéma est si profondément conservatrice. Les films pourraient aller beaucoup plus loin qu'ils ne vont. Il n'y a aucun doute qu'il serait agréable de voir un peu de folie dans les films. Au moins ils seraient intéressants à regarder."

Extrait du livre Kubrick de Michel Ciment.


RIEN AFFICHE








LE LIEN ADRESSÉ SOURNOISEMENT AUX FANS DE MARIO QUI DORT
"Mot clé, désormais obligatoire lorsqu'on évoque la critique : réactionnaire. Il est bien évident, en effet, que critiquer le moindre aspect du moindre artiste ou écrivain contemporain, c'est détester la création contemporaine, toute la création contemporaine, donc c'est être un affreux réactionnaire (c'est Michel Abescat, de Télérama, qui me l'a expliqué naguère, et ça doit donc bien être vrai)."

Pierre Jourde, le compère d'Eric Naulleau, donne ce qu'on peut appeler une bonne soufflante.



LA FANTASMAGORIE QUI PREND VIE
Revenons sur Ecrans.fr qui publie une tribune libre de Pierre-Yves Gautier, juriste s'étant mis en tête de défendre Hadopi prétextant que la censure de ce texte de loi aurait pu avoir des conséquences négatives (l'article date du 1er juillet).
Seul problème, comme le souligne un lecteur, le monsieur s'avère simplement être "expert auprès du ministère de l'enseignement supérieur, ainsi que de la Chancellerie (notamment : droit de l'Internet).", détail qu'il avait benoîtement oublié d'énoncer.

Puisqu'on vous dit qu'il n'y pas de soucis avec Hadopi. Bon, juste un employé du ministère qui s'infiltre undercover pour défendre un texte anticonstitutionnel, et alors ? Il faut ce qu'il faut quand une industrie se meurt, avec des ventes de Blu-Ray Disc augmentant difficilement de 91% en un an aux USA et des entrées en salles qui continuent de croître un peu partout, semestre après semestre, et ce depuis dix ans. Catastrophe ! Espionnons les PC, vite !

C'est un coup à finir parano ça. Vous allez voir, bientôt on va spéculer sur la raison réelle de cette fameuse Hadopi, et si ça se trouve on découvrira que la défense du droit d'auteur serait un immense canular ! (c'est pas comme si le ministre de la culture lui-même ne sait pas ce que veut dire "Hadopi")

Ainsi Denis Olivennes, le génial auteur du sophisme le plus délicieusement con de l'histoire de l'humanité ("La gratuité c'est le vol !"), l'ancien président de la Fnac, le directeur du Nouvel Obs (où, tiens donc, Christophe Lameignère, président de Sony Music France vient expliquer aux anti-Hadopi qu'ils sont "des voleurs planqués derrière leur ordinateur"), a simplement qualifié Internet de "tout-à-l'égout de la démocratie".
Frédéric Mitterrand, lui, était resté un peu en surface avec son "caniveau des pirates" ; on apprécie toutefois l'effort d'une certaine cohérence sémantique dans la démonstration.

Jamais très loin dès qu'il faut biler contre toute forme d'accès à la culture pour le peuple, Alain Finkielkraut, le philosophe qui décoche des sentences destinées à faire autorité sur des sujets qu'il ne connaît absolument pas, s'en est allé de sa diatribe mensuelle contre le Net, et plus précisément contre "ce droit invraisemblable à l'expression..."

Et parce que nos dirigeants ne sont absolument pas en guerre contre Internet (c'est pour sauver le droit d'auteur), Jean-François Copé découvre que "cet immense espace qu'est Internet" permet de "diffuser n'importe quelle image, la tronquer dans tous les sens..."

Venant du président d'un parti qui fait passer des élus et militants pour des chalands lambdas, faut le prendre comme un compliment ou bien ?


Le Net est donc un tout-à-l'égout pour voleurs propagandistes anarchistes. Mme Michu n'est pas prête d'y mettre les pieds, elle qui se rend compte qu'en quatorze rien n'a changé sur le ouèbe. Halala, ces terroristes qui ont attendu l'invention de Yahoo! pour passer à l'attaque, ils doivent être vachement impressionnants, et très difficiles à arrêter pour la CIA, la NSA, la DST...

Parmi ce déluge hystérique de discours rétrogrades, une éclaircie parvient du site Poptronics qui met en ligne une très belle lettre ouverte de l'artiste Agnès de Cayeux à l'intention de Frédéric Mitterrand :

"J’étais une femme, une citoyenne, une mère et depuis quelques mois, je suis une pirate, une ennemie de la culture et des artistes, je suis damnée, quasi terroriste, je suis passible de ripostes en tout genre, d’emprisonnement et pourtant je suis une ayant-droit, moi comme d’autres, je ne gagne rien de ceci et je ne veux rien en gagner d’ailleurs, en garder seul l’esprit et la filiation exemplaire d’un homme et ce cratère lunaire que vous ne pourrez pas enlever à moi et mes enfants."






LA LEÇON D'HISTOIRE #1 POUR CHRISTOPHE LAMEGNÈRE
"En 1469, Guillaume Fichet, grand humaniste et bibliothécaire de la Sorbonne, parvint à convaincre le roi Louis XI d'autoriser l’utilisation de l'imprimerie dans le royaume. Trois imprimeurs allemands vinrent pratiquer leur métier en France. La réaction des corporations de copistes et d’enlumineurs fut immédiate  : il ne fallait pas laisser cette invention du diable venue de l’étranger souiller les caves de la Sorbonne et permettre que les livres sacrés, fabriqués pour rien, tombent entre toutes les mains. Le roi n’hésita pas à renvoyer les gardiens du temple à leur scriptorium et accepta la dédicace des premiers livres imprimés à Paris. Notre pays entrait dans la Renaissance. Quelle serait aujourd’hui l’identité de la France si les gardiens du temple avaient été entendus  ?"
Camille Pascale – Secrétaire générale de France Télévision


SONS OF ANARCHY




LE NOUVEAU PARANO TRÈS BIENVENU AU CLUB
" […] C'est un livre qui réveille et qui surtout nous rappelle qu’au début du siècle, on pouvait insulter les autres, être polémiste ou polémique, dire les plus grandes horreurs sur les gens et que cela se passait fort bien. Mais que par contre, si on employait l’insulte, on utilisait moins la calomnie de notre état "orwellien", puisque nous vivons réellement au pays du Meilleur des Mondes et de 1984 désormais."
Jean-Pierre Dionnet, à propos du livre de Jacques Vergès et Bernard Debré Le Suicide de la France


NI STRICT NI NEUF
"Ça s'évapore de l'esprit en cinq minutes. C'est encore du jeu vidéo (le réalisateur en vient) déguisé en film. Donc totalement décérébré. Typiquement le truc cousu main pour ados (mâles)…"
Vincent Ostria des Inrocks à propos de District 9 de Neill Blomkamp.

De l'erreur factuelle (Blomkamp ne vient absolument pas du jeu vidéo, mais des effets spéciaux, de la pub et du court-métrage), du raccourci arriéré (TOUS les jeux vidéos s'évaporent de l'esprit en cinq minutes ?), du stéréotype fantasmé qui doit sûrement faire référence au désormais célèbre second degré de Christophe Honoré...


AIDONS ENCORE FILLON ET LIO À COMPRENDRE LES GEEKS








VIENDEZ À QUEND !
"Le festival de Cannes a correspondu à quelque chose à sa création, mais maintenant c'est devenu une foire amusante. D'ailleurs, si elle se passait à Hénin-Liétard il n'y aurait personne, à Cannes c'est agréable. Je suis là par correction pour mes interprètes, pour mon metteur en scène, après c'est de la balade. Je vais aller jouer aux boules à Saint-Paul-de-Vence. Moi je me marre ici !"
(Michel Audiard, 1964)




HUPPER GAGNE
"Le réalisateur américain [Quentin Tarantino] était "très motivé" pour confier un "petit rôle d'une propriétaire de cinéma" à Isabelle Huppert, rapporte le magazine L'Express.
Celle-ci, "
moins enthousiaste" que lui, aurait "posé un lapin au metteur en scène" et serait "arrivée en retard au second rendez-vous". En l'absence d'une réponse rapide de la part de l'actrice française, Quentin Tarantino, "déçu" par son attitude, aurait décidé de ne pas lui confier de rôle dans son film dont le tournage débute en Allemagne, en octobre."
LCI.fr

Entre un cinéaste sélectionné bon copain, une allergie au cinéma de genre, une intransigeance chronique et un favori banni du palmarès par rancœur avant même la compétition, la présidence du jury cannois par Isabelle Huppert respire l'honnêteté.





L'IDÉE QUI PROUVE QUE TOUT VA BIEN DANS LE CINÉMA FRANÇAIS
"Jérôme Seydoux, patron de Pathé, souhaite que les nouveaux films sortent le vendredi au lieu de mercredi, gage selon lui d'une meilleure visibilité, selon un entretien vendredi au Parisien. "Quand un film sort le mercredi, et même s'il réalise un excellent démarrage, les deux jours suivants les résultats sont inférieurs avant de repartir à la hausse le week-end", constate-t-il."
LeJDD.fr

Les gens iraient plus aisément au cinéma le week-end qu'en semaine ? Ça c'est de la constatation où on s'y connaît pas. Et si Jérôme Seydoux nous expliquait que la vraie raison c'est espérer zapper ainsi deux jours de bouche-à-oreille souvent très préjudiciables pour les grandes œuvres populaires dont la France nous abreuve ?

L'IDÉE QUI PROUVE QUE TOUT VA BIEN DANS LE CINÉMA FRANÇAIS BIS
"Je vous fais une annonce : le conseil dans sa grande sagesse – sachez que sont membres de ce conseil tous les Français en vie qui ont eu un Oscar, donc plus de quarante personnes, de Marion Cotillard à Jeanne Moreau en passant par Costa Gavras – a réfléchi sur le fait que l'Académie ne semblait pas s'intéresser au cinéma de divertissement. Donc, en 2010, l'Académie des Césars va attribuer un César au champion du box-office. Et c'est Dany Boon qui viendra le remettre."
Alain Rocca, trésorier de l'Académie des arts et techniques du cinéma - Lesoir.be

Vivement la prochaine cérémonie, qu'on voie un Danny Boon satisfait venir au Chatelet lire Le Film Français en direct en lieu et place de la fameuse petite enveloppe.


VOYEZ LA TOURNURE QUE ÇA VA PRENDRE




L'INFO QUI PROUVE QUE TOUT VA BIEN
"Inglourious Basterds, il y a une croix gammée nazie sur l'affiche U.K et pas sur la française..."
Lepost.fr


L'INFO QUI PROUVE QUE TOUT VA BIEN BIS
Quand un secrétaire d'Etat n'a rien à dire, pas d'idée à proposer, que fait-il pour occuper du temps d'antenne ? Il crée de la polémique pardi.
C'est ce à quoi s'est amusée Fadela Amara sur Europe 1, qui nous prévient que Un Prophète de Jacques Audiard va corrompre la jeunesse. Les problèmes sociaux, le chômage, les crédits en baisse de l'éducation, les quartiers laissés à l'abandon ? Pffff, qu'est-ce que c'est à côté d'un film ?

"Trop réaliste pour certains politiques, Un Prophète a déjà fait l'objet de deux déclarations pour "mettre en garde" les spectateurs. Comme si le manque d'exposition médiatique des prisons rendait leur simple représentation dangereuse."
Sylvain Lapoix - Marianne2.fr


TAKING SUNDANCE







   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires