Jurassic Park 3D

Terreur nova

affiche Jurassic Park 3DVingt après, les dents du T-Rex sont toujours aussi acérées, et même encore plus impressionnantes avec l’apport de la 3D. L’occasion de revenir sur la séquence d’attaque qui te colle bien violemment dans ton fauteuil.

Et prendre conscience à quel point la mise en scène de Spielberg est d’une terrible précision pour à la fois faire monter la pression, dérouler une séquence de terreur pure tout en amorçant la transformation efficiente du professeur Grant, figure paternelle en voie de responsabilisation.

Pour un aperçu des qualités émérites de ce film charnière dans la filmo du réalisateur, voyez avec Monsieur Bobine. Ici, nous allons nous intéresser à la manière dont Spielberg va utiliser les éléments narratifs consciencieusement installés et les faire converger pour donner corps à la séquence décisive du film.

Passionné par son métier, le docteur Grant est particulièrement réticent au désir de sa femme et partenaire de fouille d’avoir des enfants. Il est peu amène et effraye même un gamin présent sur le site de fouille se moquant gentiment du Vélociraptor et de la théorie du paléontologue. Il va alors inculquer une once de respect au jeune effronté en décrivant patiemment et précisément le mode d’attaque du raptor, tournoyant doucement autour de l’enfant (comme un requin autour de sa proie) tout en sortant de sa poche une griffe fossilisée du dinosaure, la prenant en main de façon menaçante (les yeux du gosse s’écarquillent à l’extrême) pour parfaire sa terrible démonstration.

 

Jurassic Park 3D

 

Plus tard, peu après leur arrivée dans le parc d’attraction créé par John Hammond, Grant se montre froid avec Lex et Tim Murphy, les petits-enfants de Hammond, et au moment du départ pour la visite en jeep téléguidées, il quitte celle où il devait accompagner les enfants pour les laisser à l’avocat. Le paléontologue rejoint alors le véhicule contenant Ellie, le docteur Ellie Sattler, et le théoricien du chaos Ian Malcolm. Les tentatives de rapprochement des enfants avec Grant ne seront pas franchement concluantes, ce dernier, bien que ne refusant pas de prendre la main de la nièce pour aller examiner un dinosaure malade, se montre toujours aussi peu à l’aise. Enfin, Grant n’est  pas un homme d’action, il est en effet un contraste saisissant avec le chasseur / responsable de la sécurité du parc.

Après avoir été ébahis par l’apparition magnifique d’un brontosaure, les invités d’Hammond, comme les spectateurs, vont alors être sevrés de dinos, ceux-ci ne daignant pas se montrer au passage des véhicules créant un immense sentiment de frustration. On est venu pour voir des dinosaures, bon sang !
Spielberg joue alors avec cette attente. Tandis que l’enclos du T-Rex demeure désespérément calme malgré l’appât d’une chèvre, le tricératops que l’on finit par voir plus tard dans son milieu naturel est immobile, couché au sol, malade (code génétique défaillant ? intoxication alimentaire ?).
Ellie reste à ses côtés pour le soigner et le reste de la troupe reprend la route. Une violente tempête tropicale en approche fait se déchaîner les éléments (vents, trombes d’eau), le traître Nedry provoque une panne d’électricité générale, ce qui a pour effet de stopper les deux jeeps sur le chemin du retour, pile à l’endroit dévolue au Tyrannosaurus Rex. Nous nous trouvons précisément au milieu du film et tout va dérailler dans cette séquence centrale devenant par la grâce de son réalisateur pierre angulaire du métrage, entraînant par la suite les personnages dans une course effrénée pour la survie. Mais pour l’heure, place à la rencontre avec la star du parc.
Spielberg va alors procéder par un enchaînement de tout un tas de signes avant coureur afin d’instaurer un climat de peur.

La séquence débute par un plan de la chèvre qui devait plus tôt servir à attirer la grosse bête. Elle est toujours au même endroit et toujours pas le moindre mouvement trahissant la présence du T-Rex.

 

Jurassic Park 3D

 

Puis, tandis que Tim, le neveu de Hammond s’empare d’un casque générant une vision infrarouge pour voir la nuit, un grondement sourd se fait entendre. Se pourrait être le tonnerre mais le bruit diffère légèrement. En tout cas, le gamin se montre alors très attentif et sur le qui-vive.

 

Jurassic Park 3D

 

Pendant ce temps, Grant et Malcolm devisent dans l’autre jeep. Puis, Tim ressent vraiment l’angoisse monter à mesure que ce grondement s’intensifie, surtout lorsque cela génère des tremblements dans l’eau des verres devant lui.

 

Jurassic Park 3D

 

Et là, ce petit génie de Spielberg va un peu plus différer la monstration du T-Rex, tout en jouant avec nos nerfs, en morcelant son apparition en utilisant plusieurs filtres optiques ne permettant pas de le distinguer distinctement.
Tim repasse en mode infrarouge et surprise, la chèvre n’est plus là. Il ne reste que la chaîne battue par le vent.

 

Jurassic Park 3D

 

Début de panique mais peut-être s’est-elle seulement échappée grâce aux conditions météo désastreuses… Nope. Alors que la caméra est aux côtés de Lex, une vue légèrement en retrait et presque à hauteur de son regard nous montre la cuisse ensanglantée de l’animal atterrir sur le toit vitré de la jeep.

 

Jurassic Park 3D

 

Plus de doute, possible, elle s’est faite boulotter et le T-Rex est à proximité. Tout va s’accélérer. On enchaîne avec un plan sur la clôture électrifiée où à la gauche du panneau indiquant le haut voltage (10 000 volts) apparaît des griffes monstrueuses. Aucun éclair, donc il n’y a pas de jus. Le T-Rex est non seulement à côté mais rien ne peut désormais le retenir derrière l’enclos.

 

Jurassic Park 3D

 

Puis, la caméra poursuit en adoptant un point de vue subjectif correspondant à la vision collective des protagonistes présents dans la jeep, et s’élève lentement, nous faisant découvrir à travers les vitres embuées et constellées de gouttes de pluie une masse informe mais que l’on devine très imposante. La tension est alors à son paroxysme puisque savamment entretenue par tout ce qui a précédé, dispositif de pur film d’horreur, pour amener à découvrir le monstre.
Un mouvement de caméra similaire à celui qui nous avait fait découvrir émerveillés le brachiosaure mais ici  particulièrement chargé négativement.

 

Jurassic Park 3D

 

Le dernier plan embrumé étant maculé du sang rouge de la chèvre, annonçant que par la suite cela ne va pas rigoler.

 

Jurassic Park 3D

 

Enfin, la caméra arrivée au terme de son mouvement ascendant et nous montre la tête et la gueule du T-Rex finissant d’engloutir la chèvre et poussant un effroyable cri. Mais la créature est encore derrière la barrière. Plus pour longtemps.

 

Jurassic Park 3D

 

En tous cas, l’avocat ne demande pas son reste pour prendre ses jambes à son cou et quitte le véhicule pour aller s’enfermer dans des toilettes à proximité, abri dérisoire.
Les enfants sont désormais isolés.

Tandis que Malcolm et Grant prennent conscience de l’agitation animant les passagers de la jeep devant eux, les fils désormais non-électriques se détachent un à un et le plan suivant nous montre le T-Rex ayant pénétré dans le territoire jusqu’ici interdit pour lui, toutes dents dehors.
Il se positionne alors entre les deux voitures, accentuant un peu plus leur séparation qui désormais va être compliquée à combler.

 

Jurassic Park 3D

 

L’énorme animal bouche la vue de Grant et Malcolm, en train d’espérer à haute voix que les occupants du véhicule d’en face ne fassent pas le moindre mouvement pour ne pas attirer le T-Rex vers eux.

 

Jurassic Park 3D

 

Jurassic Park 3D

 

Malheureusement, la sœur de Tim s’est emparée d’une lampe torche qu’elle agite paniquée, ce qui a pour effet de faire venir le monstre vers elle.

 

Jurassic Park 3D

Incapable d’éteindre la puissante lumière, le T-Rex commence à s’agiter autour du véhicule. Spielberg propose alors un plan magnifique : le T-Rex regarde à travers la vitre et la lumière projetée sur son œil fait rétracter sa pupille, rendant alors encore plus menaçante la grosse bestiole déjà particulièrement effrayante.

 

Jurassic Park 3D

 

Puis, elle passe soudainement à l’attaque par le toit, les deux enfants ne devant leur survie qu’à un réflexe leur ayant fait tendre les membres pour opposer à la puissante mâchoire la vitre de plexiglas.

 

Jurassic Park 3D

 

Problème, qui va les sauver ? On l’a vu, Grant n’est pas un homme d’action, Malcolm encore moins et le chasseur se trouve dans la salle de contrôle en compagnie d’Hammond. Interdits, Malcolm et lui sont condamnés à observer sans ciller l’autre véhicule se faire démolir. L’effroi s’accentue alors puisque nous sommes à la fois les témoins de la violence de l’attaque et de l’impuissance des adultes.
Mais lorsque la voiture se fait renverser, se retrouvant sur le toit, Grant passe à l’action, fouille dans l’arrière de la jeep et s’empare d’un bâton éclairant, sort de l’habitacle sécurisant pour entrer sur scène et agite le bras afin de détourner l’attention du T-Rex de la voiture.
Homme de réflexion, le contexte l’oblige à agir et à prendre des risques. Il ne peut pas, comme l’avocat, fui ses responsabilités, trahir ses valeurs.

 

Jurassic Park 3D

 

Malcolm va lui emboîter le pas mais sa manœuvre pour attirer au plus loin le T-Rex ne va pas fonctionner sans accroc. Se saisissant lui aussi d’un bâton, il se met à courir avec le T-Rex aux trousses. Il est alors rejoint et le choc le projette sur le toit des toilettes-refuge. Toujours vivant mais mal en point. En tous cas, hors d’état d’apporter à une quelconque aide à Grant qui se retrouve seul.
A ce moment là, on ne tient plus en place sur son siège. Et pourtant, Spielberg n’en a pas encore fini, se faisant un malin plaisir à faire délicieusement durer le calvaire.
Alors que Grant tente d’extraire Tim de la voiture, la nièce de Hammond regarde au-delà du cadre et pousse un cri de terreur. Grant se retourne aussitôt et appose sa main sur sa bouche tout en écarquillant les yeux (c’est à son tour). Le T-Rex est revenu sur ses pas et se trouve juste devant eux.

 

Jurassic Park 3D

 

Intimant à la gamine de ne pas faire le moindre mouvement pour ne pas trahir leur présence, ils doivent faire face au museau imposant qui se tient à quelques millimètres d’eux. Un camouflage sensoriel rappelant celui adopté par Dutch pour échapper à la détection du Predator.

 

Jurassic Park 3D

 

Et tandis que le dinosaure se déplace, faisant tourner la carlingue renversée, ils vont devoir adopter le même mouvement pour demeurer hors de son radar. A l’agitation et la panique, Spielberg est maintenant passé dans un registre privilégiant l’économie de mouvement, jouant ainsi sur toute la palette dynamique et sensitive à sa portée.
Grant et Lex entrevoient alors leur porte de sortie, qui consiste à descendre le long de la muraille à l’aide des câbles sectionnés. Ultime péripétie : ils vont devoir rapidement se déporter et se stabiliser vers la droite afin de ne pas recevoir de plein fouet le véhicule poussé dans le vide par la bête.

 

Jurassic Park 3D

 

Au terme d’une épreuve effrayante, Spielberg est parvenu à constituer une nouvelle cellule familiale, plus soudée que jamais puisqu’elle aura réussi à échapper au monstre. Un parcours aux résonnances héroïques sinon mythologiques débute alors pour Grant, Lex et Tim puisqu’il les transformera durablement.

JURASSIC PARK 3D
Réalisateur : Steven Spielberg
Scenario : Michael Crichton & David Koepp
Production : Kathleen Kennedy, Gerald R. Molen, Lata Ryan, Colin Wilson
Photo : Dean Cundey
Montage : Michael Kahn
Musique : John Williams
Origine : Etats-Unis
Durée : 2h07
Sortie française : 20 octobre 1993 / Re-sortie en 3D le 04 mai 2013




     

Commentaires   

 
0 #1 Geouf le vendredi 07 juin 2013 à 11:43
Un bien sympathique article qui souligne avec justesse la mecanique implacable de cet excellent film. Je l'ai revu recemment en blu ray aussi et j'avoue avoir ete souffle par la lente montee du film et la perfection de la montee en tension. Spielberg joue reellement avec maestria de la frustration du spectateur, mais une fois l'aventure lancee, il ne lui laisse aucun repit.

Attention par contre aux petites erreurs. Il ne me semble pas qu'Ellie et Grant soient maries, et les deux enfants sont les petits-enfants d'Hammond, pas ses neveux et niece...
Et attention a l'orthographe (la "monstration du T-Rex", serieusement !!!)
Citer
 
 
0 #2 T-rex le vendredi 07 juin 2013 à 14:32 Citer
 
 
0 #3 Zug le vendredi 07 juin 2013 à 14:37
Ah zut, désolé, j'sais pas pourquoi j'ai fait des petits enfants d'Hammond son neveu et sa nièce !!??
Citer
 
 
+1 #4 Geouf le vendredi 07 juin 2013 à 15:06
Ah bon, ok, au temps pour moi, habitant dans un pays anglophone, j'ai pense qu'il s'agissait d'un anglicisme. J'avoue que je n'etait jamais tombe sur ce terme avant. Merci pour la rectification, et desole pour le com precedent.
Citer
 
 
+3 #5 Pichot le vendredi 07 juin 2013 à 17:40
Juste en passant, il ne s'agit pas d'un brontosaure, mais d'un brachiosaure.

Le brontosaure (littéralement lézard-tonnerre ) quant à lui, n'existe tout simplement pas. Il s'agit d'une bourde scientifique, à savoir un squelette d'apatosaure incomplet et mal assemblé, qui laissa à penser pendant quelques années qu'il constituait l'unique trace fossile d'une race spécifique. Dommage, il avait un nom sympa.

On pourrait également s'attarder sur les velociraptors, qui sont en fait des deinonychus, auxquels Spielberg a préféré conférer le nom de leurs cousins dromaeosauridés , beaucoup plus évocateur. Le dilophosaure pour sa part, ne crachait pas de venin et mesurait dans les trois mètres de haut.
Citer
 
 
+1 #6 Yohann le vendredi 14 juin 2013 à 14:09
Et puis les dinosaures avaient des plumes. Au final, si vous voulez voir un Jurassic Park scientifiquemen t juste, regardez Chicken Run.
Citer
 

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires