La Guerre Est Déclarée

Un couple épatant

Affiche La Guerre Est Déclarée
[Article publié dans le cadre de "La semaine normale"] C'est l'histoire de Roméo et Juliette, mais cela pourrait tout aussi bien être Richard III durant la bataille de Bosworth. C'est une histoire de combat, de défi, de courage. Mais c'est avant tout épique.

Pas facile de poser des mots pertinents sur le tourbillon cinématographique de cette rentrée. Encore moins quand tout a déjà était dit, et très bien dit. On avait laissait Valérie Donzelli alanguie dans l'obscurité de La Reine Des Pommes, la revoilà virevoltante en princesse des couleurs – miracle de la technologie d'un appareil photo révolutionnaire –, prête à affronter la tumeur qui ronge le tronc cérébral de son fils, Adam. Des fruits à l'arbre donc, comme un retour sur soi salvateur, un besoin d'expurger en reconstruisant la cellule familiale (Juliette/Donzelli est séparée de Roméo/Elkaïm depuis, mais ont collaboré ensemble sur le projet) qui est venue à bout de la cellule cancéreuse.

La Guerre Est Déclarée

Le biopic de cette biopsie est à cet effet un mélange, harmonieux mélange des genres, métaphore filée des mélanges thérapeutiques que subit l'enfant durant cette épreuve. L'idée, ingénieuse, est là, dans le creux de l'image, consistant à substituer aux douleurs, physiques, psychologiques, des souvenirs cinéphiliques, de faire appel à l'énergie du Cinéma, et pas n'importe lequel (on croise les insouciants de la Nouvelle Vague, le pop intergénérationnel de Demy, l'auscultation du désert citadin des héritiers de Collard). Dans cette dynamique, les effets attendus, les passages obligés (Juliette fuyant en larmes et en courant) répondent à un besoin de souffler, de s'échapper du réel par le biais de ces madeleines proustiennes (
Bande A Part à l'hosto). Nous sommes dans la Tragédie la plus pure, la catharsis gorgée d'émotions vraies. En cela on peut parler de rémission.
Et si maladresses il y a, elles témoignent du défi immense qui consiste d'échapper au piège lacrymal dans lequel les auteurs risquaient de sombrer à tout moment. Raison pour laquelle nous avons bien du mal à comprendre la comparaison gratuite à laquelle s'exercent certains avec
Lorenzo, obscur pathos hollywoodien offrant le même argument, si ce n'est que M6 en diffuse des semblables par palettes les après-midis.
7/10
LA GUERRE EST DÉCLARÉE
Réalisateur : Valérie Donzelli
Scénario : Valérie Donzelli & Jérémie Elkaïm
Production : Serge Catoire
Directeur de la photographie : Sébastien Buchmann
Montage : Pauline Gaillard
Origine : France
Durée : 1h40
Sortie française : 31 août 2011


   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires