Hommage à Satoshi Kon

Millenium director

Portrait Satoshi Kon

"Avec mon cœur rempli de gratitude pour chaque bonne chose dans ce monde. Je vais déposer mon stylo. Maintenant excusez moi, je dois partir."


C’était les derniers mots concluant la bouleversante longue lettre de Satoshi Kon que sa femme avait mise en ligne sur le blog de son mari peu après son décès. Une lettre traduite par les bons soins de Makiko Itoh sur son propre blog et dont la traduction en français a été faite par le site Animeka. Satoshi Kon, le génie responsable de Perfect Blue, Millenium Actress, Tokyo Godfather, Paranoïa Agent et enfin Paprika est décédé le 24 août 2010 d’un cancer du pancréas. Un peu plus d’un an déjà, soit une éternité en temps Internet. Pourquoi une bobine minute sans news ou vieille interview transcendante ? Tout simplement pour lui rendre un p'tit hommage, comme ça. Et parler un peu du dernier film sur lequel il était en train de travailler, Yume Miru Kikai (The Dream Machine), que ses collaborateurs du studio Madhouse aimeraient bien terminer.

Mais aussi partager quelques dessins de l'hommage rendu à ce génie par des artistes français lors de la Japan Expo qui s’est déroulé du 30 juin au 3 juillet 2011. Une riche idée que l’on doit à Marc Aguesse du site Catsuka qui relayait d’ailleurs l’info en détaillant la liste des participants.

Ce même site qui le 24 août 2011, pile un an après la mort de Satoshi Kon, mettait en ligne tous les dessins formant cette magnifique exposition-hommage.
On peut ainsi apprécier les œuvres de :

Yann Le Gall

Satoshi Kon vu par Yann LeGall
 

Margueritte Sauvage

Satoshi Kon vu par Margueritte Sauvage
 

Barth Maunoury
Satoshi Kon vu par Barth Maunoury


Bertrand Piocelle

Satoshi Kon vu par Bertrand Piocelle
 

Winny 

SAtoshi Kon vu par Winny
 

Ce sont pour l’instant les dernières images en rapport avec son travail que nous verrons à plus ou moins long terme. En effet, la production de son film posthume, The Dream Machine, donc, est à l’arrêt, à cause des difficultés financières du studio Madhouse, comme le rapporte The Ghibli Blog : "As revealed by Madhouse president Masao Maruyama recently, this decision was made after the animation studio faced hard financial times. While 600 completed shots for the film have been completed that is still less than half of the 1,500 that is needed to see the film finished.

Même si peu d’informations ont filtré sur ce à quoi on peut s’attendre avec de nouvel anime (arrivé en fin de cycle avec Paprika, on pouvait décemment déduire que The Dream Machine serait un nouveau départ), certaines vieilles interviews permettent d’en apprendre d’avantage.

Ainsi, en 2008, le mangaka livrait au site Anime News Network : "The title will be Yume-Miru Kikai. In English, it will be The Dream Machine. On the surface, it's going to be a fantasy-adventure targeted at younger audiences. However, it will also be a film that people who have seen our films up to this point will be able to enjoy. So it will be an adventure that even older audiences can appreciate. There will be no human characters in the film; only robots. It'll be like a "road movie" for robots."

Et plus récemment, en 2010, le réalisateur confiait au taulier du site Gaijin Pot : “This is my own original story – therefore different from my previous work."
“While I was developing the script, I heard about a movie called Wall·E… and I got a little nervous that it might be similar to mine. I can’t tell you how relieved I was when I learned that the two stories were totally different
,”
In The Dreaming Machine, only robots are there. I want the audience to enjoy the adventures of robots who survived even after their parents – human beings – had become extinct. After Paprika, I ended up taking a vacation for over a year, so we’ve just started development on this. You can see this movie in 2011.”

Sur le design de ces fameux robots, quelques photos ont circulés et on sait donc à quoi ressembleront finalement Ririco, Robin et King.

Yume Miru Kikai / The Dream Machine
 

Mais par curiosité, on aimerait bien jeter un œil sur les croquis préparatoires ou mieux, une partie du storyboard. Malheureusement, pas de trace de tels documents sur la toile. Cependant, à l’instar de Pixar, Satoshi Kon a truffé son dernier film de quelques easters eggs intéressants et qui de plus servent le récit.
Ainsi, au cours de l’enquête sur la disparition de prototypes de la DC Mini, le docteur Atsuko Chiba, le double réel de Paprika, est amenée à suivre une étrange poupée et atterrir dans un couloir dont les murs sont remplis d’intéressants dessins.

Paprika
 

Alors qu’Atsuko s’avance, on remarquera juste avant la porte de sortie un quatrième robot de couleur verte non encore dévoilé officiellement.

Paprika
 

Puis, Atsuko passe sous les premières versions finalisées de deux des robots qui seront les héros de The Dream Machine.

Paprika
 

Un robot doré qui orne le dos du T-shirt du docteur Tokika, et qui mènera Atsuko sur les véritables lieux du parc d’attraction désaffecté, Dreamland.

Paprika
 

Elle y pénétrera par une autre entrée que celle onirique précédente où, dans la pénombre, on peut distinguer (difficilement certes) le design d’un cinquième robot, celui-ci arborant un nœud papillon rouge et dont la tête repose, au premier plan et excentrée sur la gauche, dans les herbes.

Paprika
 

Voilà, ce n’est pas grand-chose. C’est même sûrement une info que l’on peut considérer comme inutile mais cela permet d’entretenir le souvenir de cet artiste talentueux, parti trop tôt, en revisionnant encore une fois ses films dont on épuisera difficilement la beauté et la richesse.




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires