Flop 2009

Inglourious

Flop 10

Ils ne servent à rien mais sont exigés à chaque renouvellement calendaire, ce sont les classements, tops, flops et autres T.O.C.


Cette année le Flop 10 est particulièrement orienté cinéma de genre, même si pour la peine on devrait plutôt dire "genre c'est du cinéma".

Complètement partial et absolument pas représentatif de ce qui a bien pu se passer dans la galaxie Septième Art en l'an 2009, voici, mesdames, messieurs et schtroumpfs, pour votre plus grand déplaisir, le...



FLOP 10 2009 DE L'OUVREUSE


10 - Repo! The Genetic Opera de Darren Lynn Bousman

9 - Che – 1ère Partie : L'Argentin de Steven Soderbergh

8 - Hyper Tension 2 de Neveldine & Brian Taylor

7 - The Descent : Part 2 de Jon Harris

6 - Humains de Jacques-Olivier Molon & Pierre-Olivier Thévenin

5 - Mutants de David Morley

4 - Transformers 2 – La Revanche de Michael Bay

3 - Cyprien de David Charhon

2 - Twilight Chapitre 1 : Fascination de Catherine Hardwicke

1 - Cinéman de Yann Moix





DETAIL PAR RÉDACTEUR


Sébastien Le Gallo 

10 - (500) Jours Ensemble de Marc Webb
Rock mou, pulls à cols en V et putes à franges. Pour ceux que ça fait rêver, voilà LA comédie romantique de l'année pour jeunes bourgeois citadins têtes à claques.

9 - Repo ! The Genetic Opera de Darren Lynn Bousman
Amateurisme à tous les niveaux pour un spectacle consternant qui voudrait que son "décalage" et son "originalité" suffisent à le rendre intéressant.

8 - Twilight Chapitre 1 : Fascination de Catherine Hardwicke
Tu as 14 ans et tu passes par hasard sur ce site ? Par pitié, brûle ton DVD de Twilight et télécharge Buffy.

7 - Vertige d'Abel Ferry
Survival tout bonnement insupportable, même pas digne du pire virect-to-video.

6 - Mutants de David Morley
Vertige, Mutants... Décidément, c'est pas l'année du film de montagne. Y'a pas à dire, le film de genre français c'est pas la gagne.

5 - The Descent : Part 2 de Jon Harris
Déjà que le premier tenait à peine debout, celui-là s'effondre lamentablement sous les personnages ridicules et les situations débiles.

4 - From Inside de John Bergin
Film d'auteur fantastique chiant à mourir, emballé dans des images de synthèses à peine plus évoluées qu'une demo diffusée à la fin d'un Micro Kid's.

3 - Cyprien de David Charhon
Le geekisme vu par TF1. Un document précieux que les ethnologues s'arrachent déjà.

2 - Trésor de Claude Berri et François Dupeyron
L'ex-pape du cinéma français livre son Eyes Wide Shut à lui, son baroud d'honneur, sa grosse bousasse-testament et son bras d'honneur final mélangeant le pire de ce qu'il a pu réaliser et produire, les deux mamelles du cinéma français : la comédie populo pas drôle et le film d'auteur chiant.

1 - Cinéman de Yann Moix
Incontestablement un des foutages de gueule le plus exceptionnel de ces dernières années, véritable monument de n'importe quoi indéfendable.



Nicolas Marceau

10 – Prédictions d’Alex Proyas
A vrai dire, j’ai longtemps hésité avant de mettre celui-là à la place de Wolverine, Clones, Le Petit Nicolas, Le Bal Des Actrices ou encore Paranormal Activity. Puis comme un an après sa sortie je me demandais encore à quoi pouvaient bien servir les prédictions dans Prédictions (et les cailloux. Et la moumoute de Nicolas Cage), j’ai choisi la bouse de Proyas. Parce que trois climax spectaculaires (dont deux totalement inutiles) ne doivent pas faire oublier la ringardise du reste ni le final pour culs bénis.

9 – Twilight 1 & 2 de Catherine Hardwicke & Chris Weitz
Des vampires à paillettes végétariens qui jouent au base-ball en famille, des loup-garous (plus proches du chien de traîneau) qui dégustent des muffins au petit déj', une morale puritaine qui vend du sexe à chaque image mais prône l’abstinence jusqu’au mariage, des acteurs encore plus gays que les minets immondes en couverture du Têtu de mon voisin… Twilight : la saga ultime pour pisseuse.

8 – Ultimate Game & Hyper Tension 2 de Mark Neveldine & Brian Taylor
Les jeux vidéo, c’est mal et ça rend violent. Les gamers sont tous des cons (ou des obèses). A la fin de Ultimate Game, le héros s’en va dans la campagne avec sa gentille famille, loin de ce vilain monde saturé d’images. A la fin d’Hyper Tension 2, les réalisateurs nous balancent leur majeur bien tendu face caméra. Y a pas à chier, c’est toujours plus facile d’étaler des cul de biatch et de tout filmer comme sur Youtube plutôt que de faire des films capables de s’interroger en profondeur sur les médias qu’ils dénoncent.

7 – Les Derniers Jours Du Monde de Jean-Marie & Arnaud Larrieu
Le meilleur slasher de l’année. Karin Viard se caresse la schneck : elle reçoit une portière sur la tronche et crève. Catherine Frot veut se faire tringler ? Elle s’enfonce un poignard dans le cœur et crève. Sergi Lopez surgit bite dressée ? Il se jette d’une fenêtre et crève. Des bourgeois veulent partouzer ? Ils ingèrent du poison et crèvent. Le héros traverse le globe pour retrouver un trans brésilien ? Il se fait amputer d’une main. Y a pas à dire, ça donne envie de s’adonner à l’onanisme tout ça.

6 – Hadewijch de Bruno Dumont
Déception de la part du réalisateur de La Vie De Jésus et Flandres. Aucune scène de sexe non simulé ni le moindre pipi en full frontal. Alors moi je veux bien qu’on me dise que les arabes sont des terroristes et des voleurs de mobylettes mais franchement, y avait moyen de caser une scène de viol collectif (non simulée) dans le sous-sol d’une cité, non ?

5 – Che – 1ère Partie : L’Argentin de Steven Soderbergh
La tension dramatique, la réflexion sur la figure iconique du Che, l’émotion, la complexité politique… Soderbergh n’a que faire de toutes ces choses futiles. Lui sait bien que le Cinéma, le vrai, c’est filmer des scènes d’action en plan fixes et que la Révolution, c’est d’abord des gens qui discutent d’un air concerné dans une forêt (et s’y promènent occasionnellement)

4 – Arthur Et La Revanche De Malthazar de Luc Besson
Ça ne raconte strictement rien, c’est laid au possible et extrêmement vulgaire (pour prouver que tu aimes la nature, tu dois te faire pisser dessus par un loup). Jusque là, rien de nouveau pour gros Luc. Là où ça devient tordant, c’est quand il déclare que son film est "à la limite du relief tellement y a de profondeur de champ, avec l’avantage de pas avoir de lunettes". Pas du tout contradictoire avec lui-même, il a réalisé une attraction en relief pour le Futuroscope.

3 – Dragon Ball Evolution de James Wong

Dragon Ball Evolution
 










Même les acteurs simulent l’enculage à sec du manga, c’est dire

2 – Cinéman de Yann Moix
"Le spectacle le plus impressionnant qui nous soit donné de voir ces jours-ci". Un film "qui fera date" avec une "vraie scène de western dont je défie le spectateur de dire avec certitude si elle figure dans le Pour Une Poignée De Dollar d’origine". "C’est dans le Film que le monde est fait pour aboutir".
Bernard Henri-Lévy, philosophe, réalisateur, humoriste

1 – Cyprien de David Charhon
Cette année, il y a eu pire que le Coco de Gad Elmaleh. Il y a eu Cyprien, produit par Arthur, écrit et interprété par Eli Semoun. L’humour juif n’est plus ce qu’il était… Ou alors c'est simplement le nouveau "visage de la vengeance juive" dont parlait Tarantino. Et c'est un visage très laid.



Nicolas Bonci 

10 - Une Semaine Sur Deux (Et La Moitié Des Vacances Scolaires) de Ivan Calbérac
En compulsant mes notes, j'ai découvert que j'avais placé ce métrage dans les pires films vu cette année. Et bien voyez, je ne m'en souviens absolument plus, et je préfère que cela reste ainsi.
Puis le scénario est convenu.

9 - Cyprien de David Charhon
Quarante après Dr Jerry & Mister Love, Trente ans après Revenge Of The Nerds, la comédie française découvre ce qui fait rire les jeunes. C'est que les DivX sont plus longs à charger avec le Minitel.
Et le scénario est convenu.

8 - Le Syndrome Du Titanic de Nicolas Hulot & Jean-Albert Lièvre
Mis à part le budget, rien ne différencie Le Syndrome Du Titanic à un clip monté par l'association Etend'Art & DjembéCroissance projeté avant un concert de Tryo. Si ce n'est le savoir-faire dans la manipulation anxiogène héritée de TF1.
Et le scénario est convenu.

7 - Le Bal Des Actrices de Maïwenn Le Besco
Le plus long CV vidéo de l'histoire du Web est sorti au cinéma. L'exploit ne s'arrête pas là : Les Cahiers ont aimé.
Et le scénario est convenu.

6 - Prédictions d’Alex Proyas
Bon, les prédictions, on a compris, les fans ne veulent pas nous expliquer. Mais ces cailloux alors ? Ils servent à quoi les cailloux ?
Et le scénario est convenu.

5 - Le Code A Changé de Danièle Thompson
Quand Alex Métayer Marc Jolivet se pinte et oublie son digicode, il en fait un sketch. Thompson, elle, en livre un film à visée ethno-sociologique. Bonjour les vapeurs.  
Ici ce qui ne change pas, c'est le scénario, convenu.

4 - Neuilly Sa Mère ! de Gabriel Laferrière
Si vous cherchez bien, doit y avoir une idée ou deux qu'on n'a pas déjà croisée sur le Web. En même temps quand on veut exploiter un filon on n'a pas toujours le temps de paufiner un scénario qui du coup reste... convenu, oui.

3 - Che – 1ère Partie : L'Argentin de Steven Soderbergh
Un idéaliste s'enfuit dans la pampa et harangue les paysans pour se révolter : quand c'est bien foutu on dit "convenu", quand c'est chiant à s'en faire péter les phalanges contre le front, c'est Soderbergh.
Nonobstant ici le scénario est convenu.

2 - Transformers 2 – La Revanche de Michael Bay
C'est pas qu'il y ait un gloumouth mécanisé qui balance ses bollocks au-dessus de Turturro qui m'a outré, c'est qu'il faille physiquement souffrir deux heures pour vivre ça.
Et le scénario est convenu.

1 – Cinéman de Yann Moix
C'est pas beau de tirer sur une bête à terre, je voulais pas. Puis BHL m'a forcé.
Et le scénario est con.



Quénaël Eveno 

10 - Le Petit Nicolas de Laurent Tirard
Nicolas était un des héros du petit Simidor, alors son âme d’enfant digère mal ce qu’on a fait de lui.

9 - Star Trek de J.J. Abrams
Beaucoup de boulot à venir pour J.J : un paquet de séries méritent de passer à la moulinette du jeunisme pour trouver leur place dans notre siècle.

8- Twilight Chapitre 1 : Fascination de Catherine Hardwicke
En attendant Tentation (ah c'est sorti ?), éjaculation, défenestration et décomposition, un beau digest de tout ce qu’on peut faire du vampire après plusieurs lavages.

7 - Ce Que Pensent Les Hommes de Ken Kwapis
Je pense que ça se fait pas de gâcher un casting féminin pareil.

6 - Meurtres A La Saint-Valentin 3D de Patrick Lussier
Pas vu la version 3D. Mais on peut imaginer sans peine ce qu’elle pourrait apporter à un film qui fait revoir à la hausse tous les slashers post-Williamson : rien.

5 - Lucky Luke de James Huth
Un film qui est à peu près tout ce que n’est pas Lucky Luke. Heureusement le titre est là.

4 - Ultimate Game de Mark Neveldine & Brian Taylor
"Alors les gars vous me faites quelque chose de complexe, une charge contre la superficialité du système. Mais vous connaissez le public qui va aller le voir, faut pas le vexer donc vous lui montrez que des trucs bien de son temps, très superficiels mais pour les dénoncer. Ah vous comprenez pas…vous vous souvenez de Nip/Tuck, ben vous faites pareil mais en sérieux, ils n'y verront que du vent. De toute façon on a Gerard Butler, vous risquez pas de faire un chef-d'œuvre."

3 - Saw 6 de Kevin Greutert
C’est vrai que c’est facile, le rédacteur a un Saw chaque année pour remplir son flop. Mais imaginez un peu la torture et le nombre de cafés pour rester une heure trente devant ce truc.

2 - Humains de Jacques-Olivier Molon & Pierre-Olivier Thévenin
On apprend que Sara Forestier peut se reproduire avec un Néanderthal, ce qui en dit beaucoup sur elle mais encore surtout sur le niveau de l’équipe. Du Bruno Mattei en même pas drôle.

1 - Cinéman de Yann Moix
Insupportable. Avec un film comme ça, il vaut mieux avoir beaucoup d’amis.



Pierre Remacle 

10 - Fast And Furious 4 de Justin Lin
Il y a des titres de films comme ça. Ils sont honnêtes. Ils sont francs. Ils annoncent la couleur d'entrée de jeu : oui, vous allez voir une merde.
Oui, vous allez être le témoin d'un pathétique aveu d'impuissance professionnelle de la part d'un Vin Diesel hagard et conscient de sa propre déchéance. Oui, ce film est totalement vide de contenu, de scénario cohérent ou même de scène d'action correcte.
Oui, en achetant votre place de ciné, vous venez de perdre dix euros et 107 minutes de votre vie.
Et non: vous ne serez jamais remboursés. On vous avait prévenu.
Parce que Fast And Furious 4, c'est comme le Port-Salut : c'est écrit dessus.

9 - Coco Avant Chanel de Anne Fontaine
Qu'est-ce qui est le plus exaspérant dans ce film ? L'insupportable Audrey Tautou et son jeu sans finesse ? L'ennui inouï provoqué par une narration dénuée du moindre rythme ? L'approche systématiquement loupée de tous les événements ayant amené une personne en retrait à un statut de légende ? La désagréable impression que la réalisatrice a dédaigné une étude potentiellement fascinante sur le processus de création et ses répercussions sociales pour se focaliser sur le sujet autrement plus crucial qu'est la jet-set du début du 20ème siècle ?
Non, le plus agaçant, c'est l'obligation de se taper ce sinistre navet pour contempler un Benoît Poelvoorde en pleine possession de ses moyens.

8 - Transformers 2 : La Revanche de Michael Bay
Regarder un film de Michael Bay, c'est un peu comme observer un homme-singe de la vallée de l'Indus qui vous expliquerait par mimes la théorie de la relativité à l'aide d'un morceau de silex, d'un bout du bois et d'un cadavre de hérisson : amusant au début, irrémédiablement consternant après deux minutes.
Néanmoins, Transformers 2 a le mérite de nous donner une illustration concrète de la définition du blockbuster moderne: aucun scénario, aucune cohérence, aucun rythme, aucun plan raccord, aucune grammaire cinématographique, des tas d'explosions et une actrice principale génétiquement modifiée pour cambrer au-delà des limites de la plus élémentaire anatomie humaine. Fuck yeah.
Ou pas. 7 - The Unborn de David S Goyer
On avait des possibilités, pourtant, niveau titre : The Unwritten. The Undirected. The Unedited. The Unbearable.
Mais non, ça a été The Unborn. Choix révélateur : c'est vrai que, cinématographiquement parlant, entre deux emprunts à L'Exorciste et une performance grotesque de Gary "ne jugez pas mes choix de carrière" Oldman, ce film était mort-né.
Reste la délicieuse Odette Yustman, qui a eu la lucidité de comprendre qu'à part se balader les 3/4 du temps en petite culotte, elle ne pouvait rien faire pour sauver ce brouillon inepte.

6 - Long Week-End de Jamie Blanks
Il est humainement impossible de prendre au sérieux un récit où le paroxysme de la peur est un lamentin mort qui se déplace dès qu'on a le dos tourné.
Sans climax, sans chute, sans rebondissement, ce film est dénué du moindre intérêt. On en viendrait presque à souhaiter regarder chauffer un plat au micro-onde plutôt que d'endurer cette platitude. Car au moins, on est réveillé par la sonnerie quand c'est terminé.

5 - Repo! The Genetic Opera de Darren Lynn Bousman
Nous arrivons à un point où, poussés par un vent de masochisme force 9, nous perdons de vue les côtes familières et presque rassurantes de la médiocrité pour nous aventurer sur l'océan encore très mal connu de l'exécrable.
Ce qui frappe (violemment) en premier, dans Repo!, c'est son effroyable laideur. C'est juste hideux. Honnêtement.
Quant au chef opérateur, une seule possibilité: il s'agit forcément d'un daltonien maniaco-dépressif en plein delirium tremens et vouant un culte malsain à Batman And Robin.
Bref et comme on nous le disait si bien dans un célèbre film des 80's : "Choisissez l'apparence de votre destructeur !".
Nous on veut bien, mais il y a des limites quoi.

4 - Mutants de David Morley
Attention, on est dans la cour des grands. On ne rigole plus. On ne parle plus d'absence de talents, on est au-delà de ça.
Parce qu'une absence de talent ne suffit absolument pas pour compiler autant de bonnes intentions, de solides références (28 Jours Plus Tard, La Mouche) et de beaux décors et d'en tirer une bouse innommable. C'est carrément d'un talent négatif dont il est question. Une espèce d'anti-talent. Résultat : on regarde Mutants comme on observerait un bernard-l'hermite tenter de se reproduire avec une canette de coca rouillée. C'est à la fois gênant et horrible, mais on ne peut pas s'empêcher de rester jusqu'au bout.

3 - Antichrist de Lars Von Trier
Il y a un truc extrêmement énervant avec ce film, c'est que son réalisateur a du talent. Vraiment. Mais entre des scènes de coucherie au ralenti, un renard qui parle, un corbeau indestructible et une bite qui saigne, je crois qu'il a oublié qu'il en avait. Triste.

2 - Les Passagers de Rodrigo Garcia
Ce n'est pas que c'est un film à twist ridicule. Ce film EST un twist ridicule.
Rarement aura-t-on entendu si fort dans sa tête la voix d'un réalisateur dire : "oui, parfaitement. Je me fous de votre gueule."

1 - Paranormal Activity de Oren Peli
Comment mieux finir ce Flop 10 que par la négation même du cinéma ?



Nicolas Zugasti

10 – Mutants de David Morlet
Au moins, Hélène de Fougerolles est plus jolie à regarder que Sara Forestier…

9 – Transformers 2 – La Revanche de Michael Bay
Consultation ophtalmologique : 25 €
Soins quotidiens des rétines pendant trois semaines : 75 €
Remplacement de verres correcteurs par des culs de bouteille : 112, 50 €
Filez moi l’adresse de Bay que je lui envoie la facture !

8 – Le Petit Nicolas de Laurent Tirard
Entre Hulot et Sarko, vous pensez vraiment que les Nicolas n’avaient pas suffisamment honte de leur prénom ? Méchants !

7 – Watchmen de Zach Snyder

Si on m’avait dit que l’on pouvait faire fortune à Hollywood en filmant avec sa caméra les pages d’un comic book culte…

6 – X-Men Origins: Wolverine de Gavin Hood
Le petit Hugh Jackman est prié de rendre sa panoplie de Wolverine. Et vite !

5 – Twilight Chapitre 1 : Fascination de Catherine Hardwicke
Alors d’après Stéphanie Meyer, et ici Hardwicke, les vampires veulent se la jouer discret et cacher leur existence au monde. C’est donc pour cela qu’ils baladent leurs teints blafards en plein jour, qu’ils brillent de mille feux au soleil et qu’ils se dissimulent dans un putain d’immense manoir planté au beau milieu d’une clairière.

4 – The Descent Part 2 de Jon Harris
Non, tout n’avait pas été dit dans le premier. Vous vous demandiez, fébriles, où les crawlers déféquaient ? Maintenant on sait…

3 – Humains de Jacques-Olivier Molon & Pierre-Olivier Thévenin
Quand vous en venez à penser que "finalement, il est pas si mauvais acteur Lorant Deutsh", c’est que l’on a touché le fond.

2 – Blood The Last Vampire de Chris Nahon
Parfois on a beau vous prévenir, vous rappeler que c’est le réalisateur de L’Empire Des Loups qui est aux commandes, mais l’attrait des petites japonaises en jupe/socquettes est le plus fort… Ça m’apprendra, tiens.

1 – Twilight Chapitre 2 : Tentation de Chris Weitz
Non seulement le 2 est encore plus lymphatique que le premier mais il se permet de brocarder les films de zombies et les d’action violents qui font gerber les humains normalement constitués. Et nous avons droit à un cliffhanger digne de Desperate Housewives (Edward demande Bella en mariage) !



Merci de revenir demain pour le Top 10. C'est qu'on a envie de vous montrer qu'on prend du plaisir, des fois.




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires