L'ouvreuse, meneuse de revues

Your face, your ass, what's the difference?

citizen kane
C'est désormais la coutume, une fois par semaine L'ouvreuse vous propose de découvrir les perles qu'elle a dénichées sur le Net et dans la presse pendant la semaine.

La riposte graduée, ça a beau sonner très militaire, ça ne fait pas peur à tout le monde. Croyez-le ou non, mais y'en a qui sont contents que les gens se procurent leur travail illégalement. Y'en a même qui luttent contre le projet de loi : Michel Rocard par exemple, qui répond à Christine Albanel. Celle-ci pensait que les parlementaires européens n'avaient pas compris le projet des capitaines d'industr... euh du ministère de la culture. Et bien l'ancien Premier Ministre affirme que lui et ses camarades eurodéputés savent lire le français, et que non, ils ne sont pas débiles. Et il enfonce le clou : "Pour moi, la coupure éventuelle de l'Internet est une punition collective, principe interdit par tous nos systèmes de droit. La lettre des textes est claire et il n'y a aucun problème sophistiqué de compréhension là derrière." Roro en force ! Remarquez bien qu'avec Christine, on a bon espoir vu qu'après avoir pris le club des 13 pour des "imbéciles", elle vient de changer complètement d'avis sur le rapport Ferran. En tous cas une chose est sûre : ce n'est pas la télé publique qui va aider le cinéma français à se dépêtrer de son marasme. Peut-être le biopic sur Serge Gainsbourg par l'un des dessinateurs de Donjon le pourra, mais même si certains chez L'ouvreuse sont fans des deux énergumènes, on en doute. Au moins, ça a l'air de faire plaisir aux lecteurs du Figaro (tu prends un gars dans la rue, tu lui décolles les oreilles et hop ils sont contents). Par contre quand un film d'Eric et Ramzy ressemble comme deux gouttes d'eau à un autre de René Clair, là personne ne remarque. Etrange, non ?

GTA, le jeu vidéo qui dit "allez vous faire foutre" à tous les pisses-froid et les bien-pensants est de retour. Perso, je n'y ai pas encore joué, mais la simple vue du sujet (un immigré serbe débarque à New York à la recherche du "rêve américain") annonce le meilleur et rappelle que GTA, c'est pas que voler des bagnoles et butter des vieilles en pleine rue, c'est aussi une peinture sans concessions du monde dans lequel nous vivons. Et c'est pas le co-fondateur de Rockstar qui dira le contraire, tant il a dû passer des nuits avec sa bande pour reconstituer l'atmosphère new yorkaise et concurrencer le cinéma sur son propre terrain.
Maintenant, on n'attend plus que l'autre gros doigt au système : Duke Nukem Forever, la suite du jeu où les flics étaient mutés en porcs et ou la Maison Blanche était remplie de monstres dégueulasses. Come get some !

L'ouvreuse n'en peut plus. Tous les soirs, elle se mate en boucle les bouts d'images de Speed Racer qu'elle a trouvé sur le Net. Même si ses rédacteurs sont partagés sur le cas des Wachos, difficile de passer à côté du déferlement de couleurs primaires et d'éditographie (ces mouvements de caméras remplaçant les coupes franches entre les plans, comme nous l'explique le superviseur des SFX), mais aussi des premières critiques qui le compare systématiquement à Spy Kids. Bref, nicco est prêt à dégainer (nd nicco : oui ça ressemble à Spy Kids et Matrix a tout pompé sur Dark City. Allez hop, come get some).

On termine avec quelques brèves : " target="_blank">des français ont refait The Thing avec des GI Joes (à quand Venus Beauté Institut avec des barbies ?), Mike Judge prépare un nouveau film (on trépigne d'impatience), ce petit malin d'Eli Roth veut accoupler Transformers et Cloverfield (on trépigne pas du tout), et puis J'irai dormir chez vous, l'une des seules émissions du PAF à ne pas dire aux gens de se terrer chez eux en flippant comme des malades, débarque dans les salles le 10 septembre prochain. Cette fois, le globe-trotter à la chemise rouge devra traverser les USA et dormir chez une star hollywoodienne !




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires