Largo Winch

Iconique Tomer

Affiche Largo Winch

A la base Largo Winch est une histoire simple : Nerio Winch, directeur du groupe W, une multinationale de grande ampleur, a adopté Largo dans le seul but d’avoir un héritier pour son empire. L’enfant a grandi loin de son père et de son aura médiatique, au sein d’une famille aimante en Croatie.


Puis le jour fatidique arrive, Nerio meurt et Largo doit prendre la tête du groupe. Tout aurait pu s’arrêter là …si Nerio était mort d’une mort naturelle.
Mais ce n’est pas le cas. Et malgré sa relation conflictuelle avec son père, Largo n’aura de cesse que de trouver son meurtrier. Il va s’aventurer sans le savoir dans une affaire d’une envergure beaucoup plus importante qu’il n’aurait pu l’imaginer. Il devra déjouer les nombreux pièges qui lui seront tendus et faire face à des ennemis plus proches que jamais. Tout était planifié, mais jusqu’à la fin du film rien n’est évident. Le suspense est à son comble à chaque instant, nous laissant attendre dans le doute le prochain rebondissement. Un scénario comme on les aime, bien réfléchi et surprenant jusqu’au bout !

Largo est un homme comme les autres… enfin presque, il hérite tout de même d’un empire commercial d’une valeur de plusieurs milliards de dollars. Mais il reste avant tout un homme simple, n’ayant qu’un souhait : ne jamais devenir comme son père adoptif, détesté par tous ceux qui l’entourent. Loin d’avoir eu une enfance facile, entre une famille adoptive qu’il a du quitter beaucoup trop tôt pour aller étudier, et un père qui se révèle être bien trop absent, le jeune héritier tente malgré tout de se construire une vie, sa vie. Il n’a que faire des milliards de son père, ce qu’il veut avant tout c’est prendre en main son destin, depuis toujours planifié selon le désir de Nerio de le voir prendre la tête du Groupe Winch.
Mais comment y échapper ? Comment échapper à l’un des hommes les plus puissants du monde ? Même celui-ci mort, c’est impossible. Car en adoptant le jeune orphelin, Nério lui a offert un avenir (ou imposé, tout dépend du point de vue) auquel il ne pourra jamais complètement échapper. Perdu au cœur de ce maelström d’émotions, Largo tentera de trouver sa place, son identité. Et c’est cette quête que l’on vit tout au long du film, passant de l’amour à la haine pour un père qui finalement, sans être exemplaire, n’était pas si mauvais. Partagé entre sa rancœur envers son père pour lui avoir volé sa liberté, et son amour pour lui qui le poussera malgré tout à chercher son meurtrier, le jeune homme va peu à peu trouver sa place. Et pas n’importe quelle place, puisque, envers et contre tout, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour sauver le Groupe Winch. Cette relation si ambiguë avec son père sera décortiquée à travers quelques moments clés du film qui feront à la fois chavirer le cœur de Largo entre amour et haine mais également celui du spectateur qui au final ne saura plus vraiment quoi penser de ce père énigmatique. Rien n’est laissé au hasard pour montrer un héros en conflit constant avec Nério, avec lui-même et avec ses choix. Nous découvrons à chaque minute ce qui a fait le succès du personnage de bande-dessinée, ce qui a fait de lui un homme comme les autres.

Largo Winch
 

Pourtant au-delà de cette personnalité chaotique, un héros se cache. Le film commence à peine que déjà Largo joue le rôle du chevalier en armure qui sauve la damoiselle en détresse et l’emmène sur son beau cheval blanc…enfin, sur sa moto. Remarquez, je pense que les filles seront d’accord avec moi si je dis que ça ne nous aurait pas déplu de jouer la damoiselle en détresse ! Eh oui, que serait un film sans un héros beau, grand et fort ? Dés le départ, Largo Winch se révèle être un film d’action digne de ce nom sans jamais perdre de sa vitalité. Entre des scènes de combat déchaînées, des sauts dans le vide et une noyade à laquelle le jeune homme survit comme par miracle, le film n’a rien à envier au dernier James Bond. Bien que loin des rebondissements extrêmes de l’agent 007, Largo offre un petit lot fort intéressant d’exploits… mais c’est aussi ça qui fait tout son charme !

"Tomer ne fera jamais un Largo Winch convainquant", voilà typiquement le genre de phrase que l’on pouvait entendre lorsque Jérôme Salle a révélé son choix d’acteur pour interpréter le héros de la  célèbre BD. Et maintenant ? La critique l’encense, et je ne peux que leur donner raison. Tomer Sisley a su parfaitement faire passer à la fois les angoisses, et les doutes de son personnage, tout en lui apportant le charisme nécessaire pour porter le film. Entre des scènes de combat à couper le souffle, et des scènes d’émotions à nous faire frissonner, pas une fausse note ne s’est fait entendre. Ayant  en plus réalisé les cascades lui-même, dont celle où il doit effectuer un saut de vingt mètres de haut, on ne peut qu’admirer la performance et espérer qu’elle lui permettra de décrocher bien d’autres rôles.
La question a déjà été posée et le sera probablement encore, Largo Winch deviendra-t-il un personnage récurrent au même titre que James Bond ? Le temps nous le dira, mais une chose est certaine, à la fin du film, on en redemande !


LARGO WINCH
Réalisateur : Jérôme Salle
Scénario : Jérôme Salle & Julien Rappeneau d'après la BD de Philippe Francq & Jean Van Hamme
Production : Philippe Godeau, Nathalie Gastaldo, Eric Zouali
Photo : Denis Rouden
Montage : Richard Marizy
Bande originale : Alexandre Desplat
Origine : France
Durée : 1h48
Sortie française : 17 décembre 2008




   

Ajouter un commentaire

Ouvrez-la ! Avec pertinence et correction. Tout troll sera automatiquement supprimé.

RoboCom.


Informations supplémentaires